Tahiti et le train, un rendez-vous manqué

    jeudi 5 novembre 2015

    Peu de Polynésiens le savent mais, par deux fois, Tahiti a bien failli se doter de son propre chemin de fer. Une aventure (avortée) sur laquelle revient, dans sa dernière publication, la Société des études océaniennes (SEO), sous la plume de Marcel Vigouroux, ancien commissaire de police et “passionné d’histoire”. L’auteur présente dans son ouvrage les projets qui auraient pu voir le jour à la fin du XIXe siècle. Un “sujet jamais abordé ou de façon annexe”, dit-il. 
    Le premier à caresser l’idée d’un train à Tahiti fut l’avocat Auguste Goupil. En 1884, celui-ci propose la construction d’une voie de chemin de fer entre Papeete et Mataiea. Car à l’époque, pour relier les deux points, il fallait traverser pas moins de “140 cours d’eau”, ce qui prenait au bas mot six heures. 
    Une question de financement, les travaux s’annonçant très coûteux, fera cependant capoter les choses. “Des Américains voulaient bien aider au financement, mais le problème était de savoir s’il y aurait des bénéfices ou pas. À l’époque, Tahiti comptait 8 000 habitants. Les Américains voulaient que l’État se porte garant, ce qui ne s’est pas fait”, souligne Marcel Vigouroux. Mais ce n’était que partie remise. 

    Le rail… à Makatea 

    En 1890, un second projet, initié cette fois par le gouverneur de l’époque, Lacascade, sort des cartons. Le représentant de l’État envisage de créer une voie ferrée de 15 kilomètres reliant Papeete à la Punaruu, alors vaste zone agricole. 
    Des devis sont réalisés mais, cette fois, la levée de boucliers vient des notables locaux. “Les impôts reposaient essentiellement sur les colons. Et ils ne voulaient pas voter de dépenses supplémentaires”, explique l’auteur de l’ouvrage. 
    Parmi les opposants les plus virulents au projet : le peintre Paul Gauguin qui ne manquait pas de brocarder le gouverneur et ses rêves de train dans les colonnes du journal satirique Le Sourire. 
    En 1901, le successeur de Lacascade, le gouverneur Petit, finit par enterrer définitivement le projet. In fine, le seul train à avoir jamais circulé au fenua a été celui de Makatea. Mise en service en 1910 pour l’exploitation du phosphate, la locomotive fonctionnera jusqu’en 1966. Une épopée à découvrir dans Le chemin de fer en Polynésie française, ouvrage disponible dans les librairies et qui sera également proposé à la vente à l’occasion du prochain Salon du livre. 

    J-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete