Tahiti Fashion Week, la mode qui sort des sentiers battus

    lundi 30 mai 2016

    Pour la troisième année consécutive, la mode polynésienne fait son show. Une vingtaine de créateurs de vêtements, bijoux et accessoires, vont présenter le fruit de leur travail lors de trois défilés, tous différents, de mercredi à vendredi. Sous la baguette magique d’Alberto V. et de Laurence Joutain, les bonnes fées de la fashion du fenua, et de leur équipe de coiffeurs et maquilleurs chevronnés, la Tahiti Fashion Week s’affirme comme le rendez-vous annuel des tendances revisitées par l’esprit polynésien et le tremplin des jeunes créateurs. Car le tour de force des organisateurs, c’est de réunir autant de créateurs nouveaux : seuls trois ont participé à des éditions précédentes.

    Deux défilés gratuits et ouverts à tous dans les jardins de l’assemblée sont au programme, mercredi et jeudi : une heure de show en six tableaux thématiques pour mettre en scène les talents de l’année. Vendredi soir au Méridien, la grande soirée de gala promet aussi plusieurs défilés, cette fois-ci marque par marque, ainsi que l’élection du mannequin de l’année.

    La gagnante, choisie parmi les onze jeunes filles repérées par Alberto, rejoindra l’agence de mannequins Brave Models à Milan. Les organisateurs s’efforcent de préparer les jeunes filles : “Elles vont découvrir ce qu’est véritablement le métier de mannequin. À Milan, on va les mettre dans le bain ; parce qu’à Tahiti, on les accompagne, elles sont très couvées.

    Là-bas, on te donne l’adresse, la station de métro, et tu y vas”, prévient Alberto. En attendant le billet d’avion pour l’Italie, les mannequins de la Tahiti Fashion Week se plient à leur troisième semaine de cours de marche, à raison de deux heures par jour. Dans le jury, on retrouvera Marilyn Gauthier, la fondatrice de l’agence du même nom à Paris et New York, qui suit depuis des années d’un œil de connaisseuse l’essor de la création locale.

    La mode, c’est bon pour l’économie

    Alberto et Laurence soulignent le soutien du Pays : “Ils comprennent que la mode peut participer à la promotion de la culture, de l’artisanat, du tourisme et de l’économie en général. Il ne faut pas oublier qu’à Paris ou à New York, la deuxième source de rentrée de devises après le tourisme, c’est la mode – le textile, les accessoires, les bijoux et les cosmétiques.” Pour eux, le succès de la Tahiti Fashion Week se mesure déjà au nombre de jeunes talents qui se lancent, parce qu’ils voient qu’il y a des débouchés. L’événement crée ainsi un cercle vertueux prometteur.

    “Car on le voit de plus en plus nettement, dit Alberto, le public polynésien n’est pas si conservateur que ça. Ça fait un moment que c’est en train de changer, il y a une vie en dehors des concours de miss. Même pour les hommes, on est en train de finalement sortir du short de surf et du T-shirt XXL.” Alors que la création locale se repose encore beaucoup sur la copie, le rôle d’Alberto est essentiel : “Le travail du styliste, c’est d’identifier les tendances, tout en veillant à conserver l’âme polynésienne.” À admirer dès mercredi.

    C.P.

    Pratique

    Tahiti Fashion Week : 8, 9 et 10 juin
    – Mercredi 8 juin et jeudi 9 juin : défilés de mode dans les jardins de l’assemblée. Ouverture des portes à partir de 17 heures. Entrée libre.
    – Vendredi 10 juin : soirée prestige à partir de 18 heures, à La Plantation, à l’hôtel Le Méridien Tahiti à Punaauia. Tarif : 9 500 F, incluant coupe de champagne et cocktail dinatoire.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete