Tahiti Nui Satellite prêt à élargir sa gamme

    jeudi 4 juin 2015

    Le groupe OPT, via sa filiale TNT (Tahiti Nui Telecom), a présenté, hier, sa dernière innovation. Installée dans le site sécurisé de Papenoo, l’OPT expliquait, hier, avoir franchi “un nouveau palier technologique” en installant une “tête de réseau”.
    Sous ce nom un peu barbare se cachent 52 serveurs qui vont prochainement permettre la diffusion du bouquet TNS via Internet. Dans l’immédiat, cette nouvelle technologie, qui a coûté quelque 250 millions de francs, va permettre à l’OPT de ne pas avoir à passer par l’organisme Globecast, chargé jusqu’à présent de recueillir les données issues de la TNT en métropole pour les envoyer depuis Los Angeles vers la Polynésie française par le satellite. Les programmes de la TNT sont, depuis fin mai, acheminés directement de la France vers la Polynésie française via le câble Honotua. Le groupe TNS est chargé par la suite de renvoyer le signal vers les paraboles des utilisateurs.
    Cette procédure pourrait, dans un avenir assez proche, faire partie du passé, dans les îles de la Société seulement, puisque seules îles arrosées par le câble Honotua. En effet, Vini s’apprête à sortir, en complément de cette nouvelle technologie, une Vini box qui pourra recueillir le signal TNS, mais aussi la TNT et bien sûr l’internet et les communications. Le but pour le groupe OPT est de sécuriser le signal TNS, souvent brouillé lors de fortes pluies, de vent, de neige aux États-Unis, d’éruptions solaires et bien d’autres tracas encore, tout en réalisant une économie substantielle en ne passant plus par Globecast, qui lui coûtait 40 millions de francs par an. En revanche, si la houle endommage une fois encore le câble comme ce fut le cas l’année dernière, les télévisions ne passant pas par l’hertzien resteront noires.
     
    Les offres commerciales pas encore finalisées
     
    L’acquisition de cette tête de réseau permettra aussi à TNS, si elle le souhaite, d’élargir le nombre de chaînes, jusqu’aux chaînes non européennes. Une solution que pourraient prôner les hôtels qui pourraient alors s’abonner aux chaînes chinoises, japonaises ou qataries pour leurs clients. En effet, un répartiteur permet de retarder la diffusion des programmes pour combler le décalage horaire (et ne pas avoir, par exemple, Télématin à 20 heures), mais il permet aussi que cet échange se fasse dans les deux sens. Si TNTV ou Polynésie 1ère veulent couvrir un événement, type Heiva ou Hawaiki nui va’a, et le faire passer sur une autre chaîne, cela sera désormais possible. Des directs sont même envisageables. Pour les usagers, les options Replay, vidéo à la demande seront aussi possibles.
    Une innovation technologique qui n’a pas encore dévoilé son coût. Inutile de croire à une révolution du type Freebox à 40 euros (environ 5 000 F) qui cumulerait Internet, ligne fixe gratuite, téléphone mobile gratuit et télévision. Innovation ou pas, on reste en Polynésie française, tout de même ! Premiers éléments de réponse peut-être fin juin.
     
    Bertrand Prévost

    LEPETANT 2015-06-04 11:45:00
    Je pense qu'au point de vue tarif, on l'aura encore dans le baba.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete