Tahiti Ora à la conquête de la France

jeudi 29 janvier 2015

Le rideau vient de tomber. Dans le foyer du théâtre du casino d’Enghien-les-Bains, près de Paris, les artistes de Tahiti Ora prennent le pouls d’un public ravi qui les entoure et les félicite. L’examen d’entrée en métropole semble réussi tant on se bouscule pour être photographié avec eux et on s’attarde volontiers comme pour reprendre un peu de la magie du spectacle et même rêver de leur pays si lointain.
Première scène de la tournée française de Tahiti Ora, Enghien a, comme il y a deux ans, démontré une fois de plus que Tumata Robinson est synonyme d’excellence. Avec Marama, l’île de lumière, la chorégraphie dérivée du programme du Heiva 2014 respecte la tradition avec une rigueur étonnante. Tout est bien huilé, au cordeau, et l’homogénéité du spectacle est parfaite. La troupe 2015 est déjà aguerrie. Tous ses éléments ou presque ont fait partie de la tournée 2013. Même minutie horlogère dans l’orchestre qui joue sans presque discontinuer. Le public est véritablement immergé dans cette légende bien noire et sinistre que Tumata Robinson leur propose. D’ailleurs les costumes noirs créent une ambiance fort pesante au début. Ces costumes qui sont, là encore, une perfection. Jamais on n’a produit une telle collection extrêmement fouillée, baroque même, fignolée jusque dans les moindres détails. Tout est donc création ; comme s’il s’agissait d’un opéra à la tahitienne.
La dramaturgie plus que présente sur scène révèle Maeva Temaiana, véritable actrice qui crie la douleur de Raumati, invoque l’au-delà et veut à tout prix sa vengeance, tout en menant la saga tout au long du spectacle. “Nous n’étions pas complètement acclimatés et puis nous avons encore un peu de décalage horaire. Mais au niveau de l’énergie, des sentiments et des émotions, je pense que tout était là ! Si nous avons réussi à transmettre les émotions au public, c’est le principal pour nous. (…) Mon rôle, il m’a fallu six mois pour bien l’intégrer. Il fallait faire du “nickel-chrome” vu qu’au début, c’était pour le Heiva”, commente Maeva Temaiana.
Roland Garrigou, le producteur, est heureux : “Ils avaient hâte de démarrer. Nous sommes complètement prêts, donc ce n’est que du bonheur pour nous tous”.
Discrète, Tumata Robinson reste en coulisses, tandis que l’on refait les sacs et bagages. Bordeaux les attend demain et il y aura plus de 2 000 spectateurs pour eux. Seuls Polynésiens venus en voisins, Théo Sulpice et sa vahine et Jacques Laotene sont sous le choc : “C’était magnifique !”, concluent-ils, quelque peu sidérés.

De notre correspondant Ph. Binet

tom 2015-01-31 07:16:00
Merci pour les news de Bordeaux !!!!
VAITIARE 2015-01-31 06:55:00
BORDEAUX ! J'y étais ! Je n'aurais pas manqué ça ! Ce fut magnifique ! les costumes époustouflants, quelle merveille, ces robes noires ! les musiciens, excellents, les danseuses et danseurs, magiques, le côté dramatique et théâtral a été très prenant... quelle émotion ! Et le public bordelais ne s'y est pas trompé ! Merci à tous pour ce moment de magie pure et en particulier à Madame Tumata ROBINSON que j'avais rencontrée l'an dernier après le spectacle et qui avait été d'une grande gentillesse et d'une grande classe...
Maururu roa de vous être arrêtés à Bordeaux !
tom 2015-01-29 22:24:00
TROP CHER LE BIILET D'ENTREE 50 EUROS par PERSONNE... SANARY SUR MER ((( VAR )))
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete