Habillage fond de site

Avec Tahitian Local Food, plongez au cœur du poisson cru

vendredi 26 juillet 2019

Vaihinia Maruhi, créatrice de Tahitian Local Food.

Vaihinia Maruhi, créatrice de Tahitian Local Food.

And the winner is… Tahitian Local Food. La 2e édition de la Startup Cup Polynésie s’est achevée mercredi soir dans les jardins de l’assemblée de la Polynésie française avec la grande finale au cours de laquelle huit candidats ont pu présenter au public et à un jury d’experts leurs idées d’entreprises innovantes.

Cette année, après huit ateliers d’innovation collective, 62 équipes participantes, 42 candidatures à travers toute la Polynésie, les huit finalistes ont pu défendre leurs projets en cinq minutes chrono devant le public et un jury de cinq membres composé de représentants de la vice-présidence de la Polynésie française, de la chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) et des partenaires : OPT, OSB et la Sofidep. Et c’est l’entreprise de Moorea, Tahitian Local Food, qui l’a emporté.

Gérante depuis trois ans d’une chambre d’hôte “simple et authentique” (“comme moi”, déclare l’intéressée) sur AirBnb, à Moorea, avec son compagnon, Vaihinia Maruhi a été assistante maternelle, a travaillé dans une association en tant que bibliothécaire et a suivi une formation – avec sa commune – aux métiers du tourisme grâce à laquelle elle a pu monter son hébergement chez l’habitant.

“On reçoit tout le monde, des gens qui ont de l’argent et qui souhaitent être plongés dans notre culture et les backpackers. Car, aujourd’hui, nos touristes sont modernes, jeunes”, dit-elle. “Ce qui m’intéresse, c’est le partage et les rencontres. Il faut prendre son temps avec les touristes.”

Et elle prend du temps pour faire la cuisine à ses clients, d’où son idée. “Suite aux retours que l’on a eu concernant la provenance de nos produits – “d’où viennent-ils, sont-ils frais, sont-ils bio ?” –, je me suis dit qu’ils avaient envie de connaître la provenance de nos produits, tout en s’intéressant au patrimoine culturel et agricole. Et on a fait un partenariat avec les agriculteurs et les pêcheurs de Moorea pour valoriser leurs produits”, explique-t-elle.

L’idée est simple comme ia ora na. “Quand on est touriste et qu’on va dans un nouveau pays, on aime bien goûter les plats traditionnels. J’ai eu plein de demandes avec ma chambre d’hôte”, reconnaît Vaihinia Maruhi. “Tout le monde aime manger, après tout”, estime la spécialiste du poisson cru au lait de coco. “Après le poisson cru au lait de coco, j’aimerais faire la promotion des îles du fenua, avec le kaaku marquisien, un plat en crème avec la vanille de Taha’a, une salade avec le remu de Tubuai et le gâteau à l’ananas de Moorea”, toujours en valorisant les producteurs locaux, qu’elle fait connaître aux touristes.

Elle consacre 100 % de son temps à ces derniers alors qu’elle pourrait simplement filmer ses bons petits plats du fenua. “Non, je n’ai pas le matériel nécessaire et les touristes prennent leurs photos, leurs vidéos”, dit cette habitante de Moorea. “Pour être en totale immersion et dans le partage, je préfère leur laisser faire cela, pour être totalement disponible. Et puis, tout le monde n’est pas à l’aise devant une caméra.” Mais avec son 1er prix à la Startup Cup, voici Vaihinia Maruhi sous les feux de la rampe.

 

Christophe Cozette

 

Vaihinia Maruhi, créatrice de Tahitian Local Food : “C’est notre but, aller en totale immersion dans notre culture”

Vaihinia Maruhi, en pleine action avec ses touristes. Photo : DR

Vaihinia Maruhi, en pleine action avec ses touristes. Photo : DR

Comment est venue cette idée ?

Dans notre AirBnb actuel, nous proposons des cours de cuisine polynésienne avec, notamment, l’apprentissage du poisson cru au lait de coco. C’est une réussite, les gens adorent cet apprentissage. (…) On a fait un partenariat avec les agriculteurs et les pêcheurs de Moorea pour valoriser leurs produits. (…)

L’idée est d’être proche des agriculteurs et pêcheurs pour aller à leur rencontre, c’est notre but, aller en totale immersion dans notre culture, aller à la cueillette et se renseigner auprès de nos agriculteurs.

Pourquoi pas ne pas laisser une empreinte écologique, en plantant des pousses de cocotier ou citronnier ?

 

Qu’est-ce qui a motivé votre inscription ?

D’être accompagnée avec des formations gratuites, c’est bien. Cela coûte cher aujourd’hui d’en faire. Surtout qu’à Moorea, on n’a pas toutes les formations. Je ne pensais pas gagner. Pour moi, être finaliste était déjà une victoire.

Avoir le 1er prix, c’est encore mieux. Je pense que ce qui m’a fait gagner, c’est le fait de mettre en avant notre forte et riche culture polynésienne.

 

Qu’allez-vous faire de la somme d’argent ?

Je vais investir dans des instruments de cuisine, des râpes à coco et, sans doute, dans des couverts en coco, pour le côté écologique, en faisant appel à des amis sculpteurs.

 

Propos recueillis par C.C.

 

Les résultats de la Startup Cup

• Tahitian Local Food pour le 1er prix qui remporte 500 000 F, un an d’accompagnement par l’incubateur Prism et une formation Passeport Digital.

• Tama’a box pour le 2e prix qui remporte 200 000 F et une formation Passeport Digital.

• Try Tahiti pour le 3e prix qui remporte 100 000 F et une formation Passeport Digital.

 

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete