TahitiBeezy.com, la plate-forme des petits boulots

    mardi 3 mai 2016

    “Je cherche une couturière pour faire  trois robes grises, de taille 46 et de taille 38.”   L’annonce de Raihau est la première postée sur le site tahitibeezy.com.
    On est encore loin de l’activité intense d’abeilles ouvrières d’une ruche à laquelle fait allusion le site, mais il faut dire que le site est en ligne depuis le 1er mai, fête du travail.

    Et c’est bien d’emploi dont il est question. Le concept est simple.  D’un côté, les jobbers : bricolage, informatique, jardinage, livraison de courses, ménage, organisation d’évènements, soutien scolaire ou couture. Ils ont une compétence et les outils nécessaires à proposer.
    De l’autre, les posters qui, à l’image de Raihau, ont besoin d’une couturière, n’ont pas le temps de nettoyer leur cours ou veulent aider leurs enfants dans leurs devoirs.

    “Une idée de business qui manquait ici”

    Tahitibeezy propose donc de mettre en relation ces offres et ces besoins par email, et même de faire jouer la concurrence, le poster ayant la possibilité de faire son choix parmi les propositions des jobbers.
    Pour éviter les arnaques et mettre en valeur le travail de qualité, chaque poster évaluera ensuite le travail du jobber.

    À la base de ce projet, un jeune Polynésien, Moana Pugibet qui a repris une idée déjà vue lors de ses études aux États-Unis
    “Cela ciblait surtout les étudiants qui cherchaient un peu d’argent de poche. J’ai cherché une idée de business qui manquait ici”, explique celui qui, aujourd’hui, est opérateur de saisie pour une filiale de la Socredo, qui ne manque pas d’autres idées à développer pour devenir son propre patron.

    Il aura fallu deux ans pour que son idée prenne vie grâce au soutien de Héloise Albérola, une autre ancienne élève du lycée du Taaone, spécialisée, elle, dans le webmarketing et la fabrication de site internet.

    Aujourd’hui, si les demandes de service sont encore rares, une trentaine de jobbers se sont signalés. Les deux jeunes refusent en tout cas toute idée de favoriser le travail au noir “sur le site”.
    “Nous mettons en avant le chèque emploi service, qui couvre certaines taches. Si les travaux demandés sortent de ce cadre, il faudra déclarer le jobber”, explique Moana Pugibet,
    “Le site n’est qu’une plateforme. Nous mettons en relation les particuliers. Cest à eux d’être honnêtes et de déclarer les jobbers. C’est à chacun de suivre la loi”, complète Héloise Albérola.

    F. C.

    Pauline 2016-05-03 16:59:00
    Problème classique de tous ces sites-là lorsque quelqu'un crée une version locale: le vide intersidéral dans sa fréquentation et sa participation.
    A croire qu'en Polynésie, Internet c'est Facebook, les sites de boules, ou sinon rien.
    Illuminati 2016-05-03 16:33:00
    Faites travailler Nathalie ci-dessus, Georges Bercher va lui bouffer tout son argent.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete