Habillage fond de site

Le Tahoera’a a perdu la moitié de ses électeurs en cinq ans

mardi 20 juin 2017

gaston Flosse

Gaston Flosse, rassembleur avant les élections, autocratique dès le lendemain, saura-t-il lâcher du lest dans les décisions tout en infléchissant sa politique. (© archives LDT)

Il y a des défaites amères, des défaites de justesse, des défaites prometteuses. Celle du Tahoera’a, samedi dernier, lors du second tour des élections législatives, ne fait pas partie de ces catégories.

C’est une défaite lourde, avec une disparition dès le premier tour dans la troisième circonscription. Cette défaite est annonciatrice d’une nécessité, aujourd’hui pour le Tahoera’a, de – une fois encore – reconstruire pour ne pas devenir inaudible dans un an.

Depuis dix ans, alors que les électeurs tournent de plus en plus souvent le dos aux urnes, le Tahoera’a traverse des hauts et des bas.

Ci-dessous, nous avons mis en perspective le nombre de voix qu’a réalisé le parti de Gaston Flosse depuis 2007 aux territoriales et aux législatives, sur les deux premières circonscriptions. Si 2013 était une année faste pour le camp orange, les années 2017-2018 risquent fort d’être le témoin d’une débâcle sans précédent.

Réunis autour d’un Gaston Flosse inéligible, les nouveaux lieutenants du Vieux Lion sont déboussolés. Ne restent que Sandra Levy-Agami, Teura Iriti, qui ne parvient pas à conduire une liste gagnante, Evans Haumani, battu le week-end dernier à Moorea,  Michel Leboucher ou encore le discret Thomas Moutame, pour tenir la barque.

En dix ans, certaines villes ont vu leur préférence pour le parti de Gaston Flosse s’écrouler.

Ainsi, cette année, le Tahoera’a ne parvient pas à réunir les électeurs de Arue, commune dont Teura Iriti est résidente et élue municipale.

La fracture avec ceux qui composent le Tapura désormais coûte dans cette commune près de 1 300 voix.

Aux Gambier, si chers à Gaston Flosse, Moana Greig a réussi à faire moins de voix au second tour qu’au premier tour (115 pour 133 au premier tour).

Malheureusement pour lui, cette performance est reproduite dans de nombreuses autres communes où, entre les deux tours, malgré une participation plus forte et moins de candidats, le Tahoera’a recule. Fangatau, Fatu Hiva, Hikueru, Makemo, Tahuata et Ua Huka.

Sur Pirae, seuls 1 164 électeurs sont encore portés sur l’orange, contre 4 539 il y a cinq ans.

Moorea se maintient, mais perd près de 1 200 électeurs en cinq ans.

Sur les deux circonscriptions où le Tahoera’a était encore présent au second tour, les orange ont réalisé 20 351 voix, samedi dernier, contre 38 533 voix en 2013, lorsqu’il plaçait trois députés à l’Assemblée nationale, ou 39 096 voix en 2007. Sur les 39 communes qui composent ces deux circonscriptions, le Tahoera’a a perdu 20 000 voix en dix ans.

L’assise orange a fondu de moitié en cinq ans. La faute à l’abstention, la faute à To tatou ai’a en 2007, la faute au Tapura en 2017, la faute aussi à Gaston Flosse, rassembleur avant les élections, autocratique dès le lendemain.

La renaissance du parti passera par une réforme interne de son mode de fonctionnement, mais il faudra aussi que son leader sache lâcher du lest dans les décisions, tout en infléchissant sa politique.

À 86 ans, un tel virage est-il encore envisageable ?

 

Bertrand Prévost

 

score tahoeraa

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete