Habillage fond de site

Le Tahoera’a souhaite voir sanctionner French bee

jeudi 5 juillet 2018

APF

Quatrième réunion, ce matin, des élus pour cette session administrative. (© archives LDT)

Ce matin, les élus de l’assemblée de la Polynésie française se retrouvent à Tarahoi dans l’espoir d’une bonne nouvelle provenant de Paris, mais surtout pour étudier 12 textes mis à l’ordre du jour. Parmi eux, de nombreux textes sur l’étude de comptes administratifs comme ceux du Musée de Tahiti et des îles, du conservatoire artistique de la Polynésie ou encore de la Maison de la culture.

Une séance de questions orales ouvrira les débats. Deux questions ont déjà été déposées. La première, de Jacquie Graffe, relative à la situation sur le projet de loi du Pays définissant l’organisation des “Bingo”, la seconde, plus polémique, de James Heaux pour le Tahoera’a, relative aux mesures de sanction à l’encontre de la compagnie aérienne French bee.

Le nouvel élu orange demande à ce que le gouvernement sanctionne la nouvelle compagnie. “Au-delà de l’annulation du vol BF710, ma question porte sur les engagements que vous avez pris devant notre assemblée le 7 décembre 2017, selon lesquels vous aviez assuré que la compagnie French Blue s’est engagée par écrit auprès du gouvernement à ne commercialiser que des billets allers-retours”, explique-t-il. “Or, force est de constater que deux mois après son premier vol commercial en Polynésie française, la compagnie aérienne, désormais appelée ‘French bee’, commercialise des allers simples, à destination de la Polynésie française.”

Une question orale que le représentant orange peut toujours retirer avant le début de la séance. Que faire de la Délégation à Paris En tête de ces textes, sera étudié le rapport de la chambre territoriale des comptes (CTC) qui, il y peu, s’interrogeait une fois encore sur les missions et le but réel de la Délégation polynésienne à Paris. “Depuis sa création, la Délégation de la Polynésie française à Paris (DPF) a développé une activité quasi diplomatique et consulaire, censée justifier un traitement singulier et un statut spécial pour son personnel. En réalité, l’activité de la délégation n’a jamais véritablement fondé le particularisme dont elle bénéficiait. Aussi la question de l’utilité de la DPF n’a t- elle jamais cessé de se poser en écho à la faiblesse du service rendu, la qualification du personnel s’avérant peu adaptée aux travaux conceptuels attendus (analyses, comptes rendus etc.)”, analyse en effet la CTC. Les élus devront tirer les conséquences de ces conclusions.

Autre texte, une délibération demandant à l’État la reconnaissance de la délivrance de certains diplômes décernés localement à l’échelle nationale. En effet, l’assemblée de la Polynésie française devra aujourd’hui valider la délivrance de sept nouveaux diplômes en Polynésie et devra dans la foulée demander la reconnaissance de ces diplômes par l’État.

Enfin, autre texte qui devrait intéresser lors de cette séance, le projet de délibération réglementant la création ou l’extension des élevages de poules pondeuses. Un texte important, la consommation d’oeufs étant élevée en Polynésie française, mais aussi au regard des nombreux foyers de salmonelloses qui se déclarent de temps à autre dans les exploitations.

La filière est aujourd’hui surveillée par deux commissions, qui devraient avec ce texte n’en former plus qu’une seule afin d’en simplifier le fonctionnement.

 

Bertrand Prévost

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete