Habillage fond de site

TAIARAPU-OUEST – Un projet d’accompagnement à la stérilisation

vendredi 21 juin 2019

Au-delà de la campagne de capture et de placement, en cours depuis septembre dernier, la commune souhaite désormais encourager les administrés à stériliser leurs animaux domestiques. Photo : DR

Au-delà de la campagne de capture et de placement, en cours depuis septembre dernier, la commune souhaite désormais encourager les administrés à stériliser leurs animaux domestiques. (Photo : DR)

Depuis septembre dernier, la commune de Taiarapu-Ouest a pris le problème des chiens errants à bras-le-corps en s’adjugeant les services de la Patrouille animale de Tahiti, dans le cadre d’une convention. “Nous avions remarqué qu’il y avait de plus en plus d’animaux au bord des routes et dans les lieux publics, parfois des chiens de première catégorie. Nous étions à la recherche de solutions pour atténuer le phénomène, dans un souci de sécurité, sans tomber dans des dérives avec une euthanasie systématique, parce qu’on aime les animaux et qu’il faut surtout sensibiliser les gens à mieux les traiter”, confie Hélène Fariki, directrice générale des services (DGS) de Taiarapu-Ouest.

 

Un tarif de groupe

 

La petite société, alors nouvellement créée, s’est vu confier cette mission, entre capture et suivi, qu’il s’agisse d’identifier le propriétaire ou de placer l’animal en famille d’accueil, l’euthanasie n’étant envisagée qu’en cas de souffrance ou d’agressivité, en concertation avec un vétérinaire.

“On intervient en fonction des places et des signalements, selon l’urgence. Le plus dur, ce n’est pas la capture, c’est le placement. On travaille avec des familles d’accueil, dont les places ne sont pas illimitées”, explique le responsable de la Patrouille animale de Tahiti. “On a déjà trouvé un chien encore vivant dans un sac-poubelle. On voit de tout… Ça fait vraiment pitié de constater comment certaines personnes traitent leurs animaux”, poursuit-il.

Dans la continuité de cette campagne, la commune souhaite s’attaquer au fond du problème : la gestion des naissances. “Pour poursuivre logiquement cette démarche, il faut que les gens puissent identifier leurs animaux domestiques, mais surtout les stériliser. On n’est pas là pour remplacer l’administré, mais plutôt pour l’accompagner. Suite à un sondage, on s’est rendu compte que plus de 80 % des personnes interrogées étaient favorables à ce projet. On a des inscriptions tous les jours. En fonction du nombre du personnes d’ici au 1er juillet, on prévoit de rencontrer des vétérinaires pour négocier un tarif de groupe”, explique la DGS, qui rappelle que la commune n’a pas vocation à financer ce projet.

 

A.-C.B.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete