Habillage fond de site

La taille des shorts des filles fait débat

mercredi 21 août 2019

La taille des shorts crée un début de polémique à Raiatea, où le lycée des îles Sous-le-Vent a modifié son règlement intérieur afin d’exiger un “bermuda à mi-cuisse”. La mesure concerne filles et garçons, mais ce sont bien les tenues de filles qui suscitent le débat… Photo : archives LDT

La taille des shorts crée un début de polémique à Raiatea, où le lycée des îles Sous-le-Vent a modifié son règlement intérieur afin d’exiger un “bermuda à mi-cuisse”. La mesure concerne filles et garçons, mais ce sont bien les tenues de filles qui suscitent le débat… Photo : archives LDT


Un rappel au règlement adressé aux élèves du lycée des îles Sous-le-Vent, à Uturoa, crée un début de polémique. Il stipule que seuls sont tolérés le bermuda à mi-cuisse et le tee-shirt ne laissant pas apparaître le dos, le ventre ou la poitrine. La direction du lycée dit rester vigilante sur le respect de ces dispositions, les parents d’élèves plaident pour un “juste milieu”.

“Nos enfants sont censés aller à l’école, donc il est normal d’avoir une tenue correcte. Un short au-dessus du genou est plus approprié qu’un short au niveau des fesses.”

Ce commentaire d’une internaute résume assez bien la problématique qui agite certains parents d’élèves du lycée des îles Sous-le-Vent (LUT) à Raiatea. Une question qui, en vérité, concerne l’ensemble des collèges et lycées.

À Uturoa, l’association Ensemble pour nous enfants monte au créneau et dénonce une “inspection vestimentaire” pratiquée lundi matin à l’entrée du lycée. “Un mot a été mis dans les carnets de liaison. Nous parlons de shorts que mettent les filles au quotidien depuis longtemps !”, s’indigne le président de l’association, Patrice Coupat. “Un certain nombre de parents nous ont écrit : il est question d’humiliation, de mépris, de honte devant les autres élèves ! Car en plus, on a obligé ces filles à mettre un pareu ou un drap de lit pour cacher… leurs cuisses.”

Interrogée, la Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public (Fapeep) estime qu’il faut trouver le juste milieu via une nouvelle révision de ce règlement. “Il y a déjà eu un précédent à Raiatea en 2012 avec un nouveau proviseur qui trouvait trop courts les shorts des élèves. Il avait modifié le règlement intérieur et provoqué une levée de boucliers des parents”, explique son président, Tepuanui Snow, qui admet le principe selon lequel on peut demander aux élèves de ne pas s’habiller de manière trop sexy.

“Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est l’intransigeance du personnel de direction, du conseiller principal d’éducation et du chef d’établissement. Maintenant, les shorts doivent forcément être des bermudas”, regrette Tepuanui Snow. “Du coup, il y a beaucoup d’élèves qui devraient renouveler toute leur garde-robe. Il pourrait y avoir une lecture plus souple, et aussi une information préalable des familles.”

 

Le lycée plaide le dialogue

 

Le règlement intérieur modifié du lycée d’Uturoa stipule qu’une tenue correcte appliquée à tous les élèves et à tout le personnel de l’établissement est exigée : bermuda à mi-cuisse (filles et garçons) et tee-shirt ne laissant pas apparaître le dos, le ventre ni la poitrine. Le torse doit être couvert. Le texte précise : “Le port d’une tenue indécente peut être de nature à ne pas autoriser la participation au cours, une prise en charge sera faite hors des cours, les parents seront appelés et le dialogue sera engagé avec l’élève et sa famille. L’élève devra alors tout mettre en oeuvre afin de se revêtir correctement et intégrer ses cours au plus tôt.”

Contactée hier au téléphone par La Dépêche, la proviseure du lycée des Raromatai assume et insiste sur la dimension éducative de l’action, puisque ce paragraphe du règlement prévoit que le dialogue sera engagé avec l’élève et sa famille. Il n’y a eu, selon elle, ni contrôle vestimentaire, ni inspection vestimentaire. “Ce sont de fausses allégations”, déclare Laure Poullain avant d’expliquer que, lundi, comme tous les matins, “la direction était au portail et gardait, en ce début d’année, un regard vigilant sur l’application des nouveaux points du règlement intérieur”.

La proviseure assure que “les jeunes filles ont la liberté de se vêtir comme elles le souhaitent dans le respect de l’application” de ce règlement. Et insiste sur le fait qu’il n’est pas question, non plus, d’exclure les élèves de l’établissement car “le règlement indique bien que nous souhaitons privilégier le dialogue avec les familles.”

 

Damien Grivois

 

parent élève réactions

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete