Tamariki Poerani danse Le rêve de Taupapa au marae Arahurahu de Paea

    jeudi 23 juin 2016

    Le spectacle Te moe a Taupapa a été présenté hier aux médias. Les représentations commencent le samedi 2 juillet. (Crédit V.H.)

    Le spectacle Te moe a Taupapa a été présenté mardi aux médias. Les représentations commencent le samedi 2 juillet. (Crédit V.H.)

     

    Le marae Arahurahu de Paea se prépare encore une fois à être animé par les pahu et autres to’ere, les himene ru’au et les tarava Tahiti, ainsi que les pas et gestes des danseurs et danseuses.

     

    Chaque samedi du mois de juillet, la troupe Tamariki Poerani de Makau Foster investira les lieux pour présenter un spectacle inédit : Te Moe a Taupapa, qu’on peut traduire par Le rêve de Taupapa. L’histoire, écrite par Merehau Anastase, se déroule au temps de la promulgation du code Pomare, qui interdit toutes les traditions païennes. Taupapa, un vieil homme arrivé à l’orée de sa vie, veut mourir sur le marae, ce qu’empêche le fameux code Pomare. Il fait un rêve dans lequel il se souvient de son mariage, de son épouse et de sa famille, présente pour l’accompagner vers le Rohotu No’ano’a.

    “Te moe a Taupapa, c’est le choix d’un individu qui résiste pour défendre sa culture, face au choix de la majorité de ses semblables, explique le Conservatoire artistique de la Polynésie française, producteur de l’événement et qui s’occupera de la logistique. Extérieurement, on lui a interdit ses chants, ses danses, ses vêtements, ses visites au marae, mais dans son rêve et dans sa mort, tout est encore là si présent, à l’image de notre culture toujours présente, transcendant la mort et les codes imposés.”

    “La vie est également fêtée lors de ce spectacle à travers notamment le pa’o’a et le hivinau : célébration symbolique de la consommation du mariage. Le passé et le présent, l’ancien et le moderne, la vie et la mort, tout ça se mêle dans le spectacle comme dans une parabole transcendant le temps et l’espace. Ce n’est pas une reconstitution historique, mais plutôt une métaphore sur le bouleversement complet d’une civilisation.”

    “En fait, il y a plusieurs tiroirs, précise Martin Coeroli, le coordinateur du spectacle. Il y a une histoire d’amour, l’histoire d’une civilisation et l’histoire du marae qui est un personnage au même titre que les autres protagonistes.”

    Le spectacle est porté par plus d’une centaine d’artistes, dont fait partie l’excellent groupe de chants polyphoniques Tamarii Mataiea. Celui-ci entonnera des himene ru’au et tarava Tahiti qui promettent d’être de toute beauté. Les compositions musicales sont de Keha Kaimuko pour les ‘aparima et Terema Toere pour les percussions. La mise en scène, les chorégraphies et les costumes sont de Makau Foster.

    Cela fait trois ans maintenant que le Conservatoire artistique de la Polynésie française produit au mois de juillet un spectacle sur le site du marae Arahurahu de Paea. L’année dernière, c’est le groupe Toakura qui avait investi les lieux avec son spectacle Te aroha mamaia, succédant à O Tahiti E et son magnifique Te feti’a avei’a. 

    V.H.

     

    Te moe a Taupapa n’est pas une reconstitution historique, mais un spectacle qui donne à penser,  à questionner sur notre culture. (Crédit DR)

    Te moe a Taupapa n’est pas une reconstitution historique, mais un spectacle qui donne à penser,
    à questionner sur notre culture. (Crédit DR)

     

    Informations pratiques

    Le Conservatoire artistique de la Polynésie française et Tamariki Poerani présentent Te moe a Taupapa – Le rêve de Taupapa, samedis 2, 9, 16, 23 et 30 juillet, à 16 heures, au marae Arahurahu de Paea. Tarif unique : 2 000 F. Billets en vente aux Carrefour Arue et Punaauia, à Radio 1 Fare Ute et en ligne sur www.radio1.pf.
    Renseignements au 40.50.14.18.

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete