Le Tapura ira “à la bataille” derrière François Fillon

    mardi 7 mars 2017

    fritch fillon

    Édouard Fritch s’était rendu à Paris alors que le Penelopegate venait d’éclater. (© archives LDT)

    Alain Juppé a mis fin au suspense, hier matin à Paris. Il ne sera pas le “plan B” des Républicains englués dans l’affaire Fillon. “Pour moi, il est trop tard”, a-t-il déclaré, tout en se montrant très critique du vainqueur de la primaire de la droite et du centre, évoquant notamment son “obstination” et le “prétendu complot” qui a conduit François Fillon “dans une impasse”.

    Lundi soir, le comité politique des Républicains votait le soutien à François Fillon, promettant l’union des ténors de la droite.

    En Polynésie, où le Tapura huiraatira avait pesé de tout son poids en faveur d’Alain Juppé lors de la primaire, c’est donc un peu à contrecœur que la majorité présidentielle s’était rangée derrière le vainqueur, qu’aucune formation politique locale ne soutenait.

    Édouard Fritch s’était rendu à Paris alors que le Penelopegate venait d’éclater : après sa rencontre avec le candidat de la droite, il annonçait un accord sur la feuille de route pour la Polynésie et donc le soutien du Tapura à François Fillon.

    Pourtant, la semaine dernière, Édouard Fritch admettait que l’affaire Fillon mettait son parti “dans l’embarras” mais déclarait qu’il était urgent d’attendre.

    À présent que les choses sont plus claires à Paris, elles le sont aussi à Papeete.

    Jean-Christophe Bouissou a déclaré hier soir : “Je crois qu’Alain Juppé a eu un discours de vérité sur la situation, et sur le fait qu’il n’y a pas d’autre possibilité aujourd’hui. D’ailleurs, on ne voit pas comment Les Républicains pourraient proposer un candidat qui n’a pas reçu le consentement légitime des électeurs de la primaire”.

    “Le président Fritch a un accord avec le candidat de la droite, a poursuivi le porte-parole du gouvernement. La Polynésie a de tout temps montré une sensibilité de droite, même si Édouard Fritch a fait la preuve qu’il est capable de travailler avec tous, car nous avons eu beaucoup d’avancées avec François Hollande.”

    Quant à savoir si les électeurs ici seront sensibles au scandale Fillon, “les Polynésiens veulent avant tout que nous ayons des partenaires qui sachent nous écouter et nous entendre”.

    “Nous ne changeons pas de position, a conclu Jean-Christophe Bouissou, nous irons à la bataille derrière François Fillon. D’ailleurs, il est encore présumé innocent, si toutefois il était vraiment mis en examen.”

     

     

    C.P.

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete