Habillage fond de site

Taputapuatea – Classement au patrimoine mondial par l’Unesco : décision en juillet

mercredi 10 mai 2017

TAPUTAPUATEA

Le classement du marae à l’Unesco fera-t-il perdre au site sa sacralité ? Lors d’une manifestation la délégation hawaiienne avait procédé aux usages sacrés. (© archives JP Besse/LDT)


Le projet de classement du marae de Opoa au Patrimoine mondial de l’humanité est au bout d’une longue route dont le point de départ s’est fait en 1997 avec la Jeune chambre économique de Polynésie française (JCE).

Un dossier qui a dû se plier aux règles de l’inscription établies par l’Unesco : l’association Na Papa e Va’u a pris le relais en 2006, les travaux pour la candidature ont mobilisé beaucoup d’énergie, le dossier a pris du “poids” culturel et environnemental, et quelques années après deux dates dominent un processus que de nombreux témoins ont trouvé long et fastidieux.

Tout d’abord, en juin 2015 avec la présentation par le fenua à Paris au Comité des Biens français, la logique et l’avancement de la constitution d’un projet fédérateur pour défendre la candidature du “paysage culturel” dénommé Taputapuatea au Patrimoine mondial.

 

Rendez-vous en juillet à Cracovie

 

La première étape franchie, c’est en janvier 2016 qu’a été déposé le dossier par la France auprès de l’Unesco. La visite du président François Hollande en février 2016 à Taputapuatea a confirmé cette attente.

“C’est un projet d’envergure”, avaient déclaré les responsables du Service de la culture et du patrimoine en 2015. “Cet aboutissement marquera l’histoire de notre fenua du premier site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco.”

Après la visite, en septembre 2016, d’experts mandatés par le Conseil international des monuments et des sites, qui ont fourni au Comité du patrimoine mondial un rapport d’évaluation assorti d’une proposition de décision, la décision finale est en vue. Jean Mere, de la commune de Taputapuatea, qui est devenu le référent pour la proposition de classement, explique la dernière étape.

“Je reviens d’un séjour en métropole, à la demande du Pôle international du réseau de France pour l’Unesco”, précise-t-il. “Quatorze pays qui avaient des dossiers de classement avaient été invités à cette importante réunion. La formation qui nous a été donnée était spécialement réservée aux directeurs responsables des sites avec leur plan de gestion. Nous avons défendu nos dossiers, j’ai eu de la chance, j’ai été le dernier à m’exprimer et j’ai eu le temps d’expliquer l’importance du marae dans le passé polynésien et de son avenir avec la transmission du patrimoine aux générations futures.”

Jean Mere poursuit : “Ce sera au cours de la première semaine de juillet, entre le 5 et le 12 juillet, que la décision finale sera prise. Le Comité se réunit à Cracovie, en Pologne. Je suis invité par l’ambassade de France à l’Unesco pour participer à cette dernière étape. Je suis confiant et impatient, 20 années ont passé après la première idée. Ce fut une grande aventure humaine.”

Le “paysage culturel” Taputapuatea serait à la fois le 29e site classé dans le grand Pacifique, le 38e site français, le 3e en Outre-mer, après le lagon et récif de Nouvelle-Calédonie et les pitons et cirques de la Réunion, à posséder le label Unesco tant attendu.

De notre correspondant Jean-Pierre Besse

 

 

234
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete