Tauhiti Nena gagne au tribunal contre six fédérations

    jeudi 1 décembre 2016

    COPF

    Le 12 janvier 2016, l’assemblée générale du Comité olympique de Polynésie française avait duré dix heures dans un climat délétère. (© archives sports)

     

     

    Tauhiti Nena, le président du Comité olympique de Polynésie française, a gagné hier une bataille judiciaire contre six fédérations sportives (volley-ball, football, handball, cyclisme, athlétisme et tennis de table). Le tribunal civil de Papeete a rejeté la demande de ces fédérations d’annuler la réélection de Tau-hiti Nena à la tête du COPF le 12 janvier 2016.

    Ces fédérations sportives, et en première ligne celle de volley-ball d’Abel Temarii, reprochaient à Tauhiti Nena d’avoir écarté sans motif valable plusieurs candidatures concurrentes. “Il y a eu une rupture d’égalité entre la liste qu’il menait et celle dite d’opposition d’Abel Temarii, qui n’a pas été invité à participer au processus électoral dirigé par Tauhiti Nena”, résumait dans sa requête l’avocat des fédérations, Dominique Antz. Les fédérations demandaient l’annulation de l’assemblée générale, la nomination d’un administrateur et l’organisation de nouvelles élections. Le tribunal a rejeté toutes ces demandes.

    “Les six présidents qui sont les pantins du ministère des sports ont perdu. Ils m’avaient traité de tricheur alors que j’avais gagné l’élection avec 80 % des voix”, a réagi hier Tauhiti Nena, avant d’annoncer une nouvelle conférence de presse dans les prochains jours.

    L’avocat des six fédérations, Dominique Antz, a déjà promis de saisir la Cour d’appel. Abel Temarii, joint au téléphone hier, a réagi d’une façon inattendue : “On ne va plus s’occuper du COPF, on va monter un autre comité olympique !”

     

    Benoît Buquet

        Edition abonnés
        Le vote

        Selon vous, que faudrait-il faire pour améliorer les transports en commun ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete