Le ta’uma haari, une discipline qui monte, qui monte…

    lundi 22 août 2016

    Tahiti va organiser et accueillir le premier championnat  du monde de grimper  de cocotier dès 2017.  Rendez-vous en juillet prochain lors du Festival  des sports traditionnels. (Photo : DR)

    Tahiti va organiser et accueillir le premier championnat du monde de grimper de cocotier dès 2017. Rendez-vous en juillet prochain lors du Festival des sports traditionnels. (Photo : DR)


    Le premier championnat du monde de grimper de cocotier annoncé pour 2017 à Tahiti

     

    Enoch Laughlin, président de la fédération des sports et jeux traditionnels, prépare le premier championnat du monde de grimper de cocotier, qui doit se tenir en juillet 2017 à Tahiti, à l’occasion du Heiva tu’aro ma’ohi.

    Comme il l’a expliqué à nos confrères de TNTV qui ont révélé l’information, l’idée a germé lors de la dernière édition du Heiva, quand il a appris que le même genre d’épreuve se tenait notamment à Hawaii et au Vanuatu.

    On a contacté les pays susceptibles de participer et beaucoup ont répondu favorablement.  L’activité est très répandue dans le Pacifique, notamment dans un cadre de visites touristiques, mais en faire un vrai événement sportif, ce serait nouveau”, explique Enoch Laughlin.

    Huit à neuf pays sont déjà partants, parmi lesquels Fidji, Samoa, Vanuatu, Cook et les États-Unis représentés par Hawaii. “On a également lancé des invitations en Floride. Pour l’instant, on n’a pas de réponse mais on ne désespère pas.

    Il est aussi question des îles Marshall et des Kiribati, et un possible candidat originaire du Maghreb, qui a l’habitude de grimper aux palmiers dattiers, “a posé des questions mais n’a pas encore confirmé”.

    De nombreux pays asiatiques, africains et caribéens pratiquent également cette activité.

    Pour la première édition, le championnat se tiendra dans le cadre du Heiva, “parce que pour les subventions, c’est plus facile dans un premier temps. Mais l’idéal serait d’avoir des dates spécifiques. Nos contacts avec les sponsors éventuels, notamment les compagnies aériennes et les hôteliers, nous orientent vers la période octobre-novembre où le remplissage moins dense des avions et des hôtels leur permet de nous aider.

     

    Moins de cinq secondes

     

    Enoch Laughlin prévoit de demander à chaque pays participant d’organiser un championnat local qui servirait de qualifications pour le championnat du monde.

    C’est bien parce que c’est quand même une pratique qui se perd. Aujourd’hui, les gens utilisent des grappins ou des systèmes mécaniques.

    Pour le championnat du monde à Tahiti, chaque pays enverrait quatre ou cinq athlètes et la compétition sera également ouverte aux femmes.

    Le principe est simple : toucher le plus vite possible un témoin fixé à 9 à 10 mètres de hauteur. “Plus haut, c’est difficile, à cause des assurances”, dit Enoch Laughlin.

    Le règlement n’est pas encore arrêté, mais la méthode sera vraisemblablement celle de la liane végétale enserrant les pieds, que chaque grimpeur fabriquera lui-même.

    Les meilleurs grimpeurs tahitiens montent à plus de huit mètres en moins de cinq secondes, comme Tainui Lenoir, qui “décocote” professionnellement les arbres des hôtels et remporte le titre local chaque année depuis six ans, ou Charlie Faatoa.

    Tous deux s’illustrent aussi en lever de pierre. “Mais les plus redoutables, ce seront les gars du Vanuatu”, prévient Enoch Laughlin.

     

    C.P.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete