Le Tauraa Tua et le Moorea Rava’ai II gisent désormais par 2 000 mètres

    mercredi 3 août 2016

    Ils ont été immergés par explosifs au large de Paea

     

    “C’est toujours compliqué”, explique le capitaine Teiva au moment où son navire, le Aito Nui, le remorqueur du port, quitte Papeete. Derrière lui, le Tauraa Tua et le Moorea Rava’ai II sont accrochés par une haussière 50 mètres derrière.

    L’homme de mer en est à sa quinzième immersion, mais c’est la première fois qu’il doit ainsi traîner deux mastodontes de rouille jusqu’à un point précis fixé par le Pays à mi-chemin entre Paea et Haapiti, un peu plus à l’ouest de Tahiti et de l’île Sœur.

    “Ils sont désarmés, inexploités, ils sont rendus à l’état d’épave. C’est inutilisable donc on s’en débarrasse. Nous n’allons pas garder des déchets dans le port”, explique ainsi François Chaumette, commandant du port autonome.

    Des “déchets” qui ont d’abord fait l’objet d’un nettoyage avant d’être amenés au large, au cimetière des bateaux où le Windsong, le Tamari’i Moorea et le Vaianu ont eux aussi été immergés. Malgré la vitesse de cinq nœuds, le lien entre les deux thoniers rompt.

    Première manœuvre au large. Les hommes s’agitent sur le pont pour rallonger la haussière de 50 mètres. Après plusieurs heures de navigation, alors que le Aito Nui approche du point d’immersion, c’est l’une des bites d’un thonier, rongée par la rouille, qui cède.
    L’autorisation est donnée de procéder à l’immersion. Les artificiers de l’entreprise Palacz entrent en action.

    Les deux bateaux s’étant séparés, il faudra procéder à deux mises à feu. Trente-deux kilos de bâtons de dynamite ont été disposés dans la cale arrière, dans le moteur et à l’avant du navire. “L’objectif principal est d’éviter qu’il puisse rester des poches d’air”, explique Georges Vincent, directeur technique de l’entreprise Palacz.

    Le système est relié au Aito Nui par un câble téléphonique. Trois, deux, un…

    C’est d’abord le Moorea Rava’ai II qui explose, certains morceaux du pont s’envolent à plusieurs dizaines de mètres mais en quelques secondes, la poupe plonge vers les profondeurs dans un impressionnant bouillonnement empli de rouille.

    Le scénario se reproduit pour le Tauraa Tua. Alors que les derniers rayons du soleil percent l’horizon, l’ancien thonier s’en va rejoindre son dernier port d’attache par plus de 2 000 mètres de fond.

     

    F.C.

     

    En quelques secondes, le Moorea Rava’ai II disparaît sous la surface

     

    (Photos : Florent Collet)

     

    (Photos : Florent Collet)

    (Photos : Florent Collet)

     

    (Photos : Florent Collet)

    (Photos : Florent Collet)

     

     

    Le Tauraa Tua repose désormais par 2 000 mètres de fond

     

    IMG_9829

    IMG_9830

    IMG_9837

    (Photos : Florent Collet)

    (Photos : Florent Collet)

     

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete