Tautira – Le comité 808 de retour sur le terrain

    lundi 18 janvier 2016

    Comme annoncé dans notre édition du 24 décembre dernier, le comité 808 poursuit actuellement sa démarche en faveur de la défusion de Tautira vis-à-vis de Taiarapu-Est. Dans le cadre d’une seconde pétition “de confirmation”, les résidents du Fenua ‘aihere ont été les premiers visités, samedi dernier. En parallèle de la collecte d’un minimum de 727 signatures, correspondant au tiers des électeurs, des réunions d’information débutent dès aujourd’hui.

    Après une année de latence légale – arrivée à échéance le 18 décembre dernier –, le comité 808 a donné, samedi dernier, le coup d’envoi d’une seconde collecte de signatures auprès des électeurs de Tautira. Au lendemain des élections de 2014, une première pétition en faveur de la défusion avait déjà remporté l’adhésion de plus d’un tiers d’entre eux, contestant notamment la décision du conseil municipal de Taiarapu-Est, s’agissant de la non-reconduction de Juliette Nuupure à la tête de la section de commune, et ce malgré une majorité de voix en sa faveur – 808 pour être exact, un nombre symbolique repris depuis par le comité.
    Dans la continuité de la procédure, ce dernier est donc reparti à la rencontre des électeurs, à commencer par les quelque 200 résidents du Fenua ‘aihere, avec une seconde pétition, dite “de confirmation” entre les mains. “Pour cette deuxième étape, nous avons souhaité commencer par le Fenua ‘aihere : c’est symbolique et aussi très important pour nous, parce que c’est la partie de la population de Tautira qui se sent la plus délaissée”, précise Arnold Toheira, coordinateur du comité 808.
    En effet, à cette extrémité de l’île et de la commune, les habitants interrogés dressent bien souvent le même constat. “Dès qu’on a une demande à faire, on est obligé de passer par la mairie de Taravao. Depuis qu’on est ici, il n’y a pas vraiment d’évolution. On se sent un peu oubliés”, confie Mélissa Seigel, jeune résidente du Fenua ‘aihere.

    Une volonté de changement

    Freddy Farahei, l’un de ses voisins, partage ce même sentiment de mise à l’écart. “C’est rare qu’on voit les tavana venir jusqu’ici. Signer cette pétition, c’est aussi une façon, j’espère, d’être reconnus”, explique-t-il. Les difficultés liées à l’accès à l’eau ainsi qu’aux démarches administratives, de même que l’état de dégradation avancé de certains pontons communaux – empruntés notamment par les enfants dans le cadre du ramassage scolaire –, font partie des exemples concrets les plus couramment cités pour illustrer ce manque de prise en compte. S’y ajoute une volonté unanime de développement économique et de création d’emplois.
    “Ce sont souvent les mêmes préoccupations qui reviennent : en plus du mécontentement suite aux élections, de nombreuses personnes se prononcent en faveur de la défusion parce que, depuis bientôt deux ans, aucun véritable projet n’est sorti de la commune”, précise Alain Paia, président du comité 808.
    Au terme d’une première longue journée qui aura permis de couvrir les trois quarts du Fenua ‘aihere et de son lagon, plus de 110 signatures, sur les 727 requises au minimum – l’équivalent du tiers des électeurs –, avaient d’ores et déjà pu être recueillies.
    Le comité se donne trois mois pour finaliser cette seconde pétition, à laquelle seront joints les justificatifs d’identité de chaque signataire. Le dossier ainsi constitué sera ensuite transmis au haut-commissariat en vue d’ouvrir une enquête publique. Afin de répondre aux interrogations de la population sur le sujet, des réunions d’information sont organisées dans les quartiers de Tautira, dès aujourd’hui.

    A.-C.B.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete