Tautira – Le projet de centrale hydroélectrique se précise

    mardi 12 avril 2016

    Le projet de centrale hydroélectrique dans la vallée de la Vaitepiha était à l’ordre du jour d’une réunion publique qui s’est tenue, samedi dernier, à Tautira. Ce captage “au fil de l’eau” est présenté comme respectueux de l’environnement et des propriétaires terriens. Actionnaires à hauteur de 51 %, ces derniers seraient majoritairement favorables à la mise en œuvre de ce projet.
    Dans notre édition du 24 octobre 2015, nous vous révélions les grandes lignes d’un projet inédit de centrale hydroélectrique dans la vallée de la Vaitepiha, à Tautira. Samedi dernier, une quatrième réunion publique était organisée au domicile de Tunui Salmon par l’association Vaitapiha no Ataaroa, défenseuse du dispositif de production d’énergie renouvelable, en présence d’une cinquantaine de propriétaires et ayants droit de la vallée. L’occasion d’approfondir les tenants et les aboutissants de cette stratégie unique en son genre sur le territoire.

    L’adhésion des propriétaires

    Il a notamment été rappelé que les propriétaires terriens seraient à la fois les premiers acteurs et les premiers bénéficiaires du projet.
    “Il s’agira de monter une société qui aura la particularité d’être un GIE (groupement d’intérêt économique, NDLR), dans lequel les propriétaires terriens constitueront l’actionnaire principal majoritaire, à hauteur de 51 %, contre 49 % pour les investisseurs. Le GIE aura une durée de vie de quarante ans, après quoi les parts des investisseurs seront rétrocédées à titre gratuit aux propriétaires terriens”, précise un conseiller technique bénévole, souhaitant encore rester discret sur son identité. En l’absence d’expropriation, ce projet aux perspectives d’avenir sur le long terme remporte l’adhésion de bon nombre de propriétaires. “Le fait de rester propriétaires de nos terres, c’est important. Si ce n’était pas le cas, nous aurions tout de suite dit non”, confie Maruia, résidente de la vallée dont le mari fait partie des ayants droit, songeant en premier lieu à ses descendants.
    Bien que le travail d’identification mené par l’association soit toujours en cours, à ce jour, environ 80 % des propriétaires, détenteurs de 90 % de la superficie de la vallée, seraient favorables à ce dispositif.
    Sur le plan juridique, le montage du projet est suivi de près par un avocat, tandis que des bureaux d’études seront sollicités en vue de déterminer la faisabilité technique et la productibilité maximum annuelle. Des garanties d’autant plus importantes que, d’après les premiers chiffres annoncés, le coût d’un tel projet pourrait se situer entre 10 et 20 milliards de francs, avec des travaux échelonnés dans le temps.

    Pour un développement durable

    “Cela sous-entend des garanties de travail dans la vallée sur une quinzaine d’années et des retombées positives en termes de développement économique pour les gens du village”, souligne le conseiller technique, précisant que des investisseurs privés auraient d’ores et déjà été trouvés. Sur le plan environnemental, le choix d’un captage “au fil de l’eau” s’inscrit dans une démarche de préservation. En parallèle des études d’impact préalables, l’association prévoit la mise en place d’un comité de suivi des travaux, réunissant les propriétaires et les différents acteurs de la commune, pour un développement “dans la mesure, et non dans la démesure”. “Ce n’est pas un chemin facile, mais si cela aboutit, l’activité sera pérennisée et tout le monde pourra en profiter, pas seulement les investisseurs. Asseyons-nous autour d’une table et arrêtons de jouer le jeu des multinationales !”, insiste le porte-parole.
    À ce stade, la prochaine étape annoncée consistera en la mise en place effective du GIE. Avec cette stratégie à contre-courant, pour sûr, la vallée de la Vaitepiha n’a pas fini de faire parler d’elle.

    A.-C.B.

    Jak 2016-04-14 12:36:00
    Et oui une fois saccagé les proprios diront que c''est la faute des investisseurs
    fiututafé 2016-04-13 11:47:00
    ce qui est bien dommage, nous n'avons que l'avis de l'association en faveur du projet, existe t'il une, pour la protection de l'environnement à Tautira? Le projet est durable en terme de pognon uniquement, pour ce qui est de la préservation de l'environnement et la biodiversité, faut pas se leurrer...et les propriétaires terriens actionnaires ont tout intérêt à se prendre un avocat afin de protéger leurs droits...dommage pour la descendance, demain tautira ressemblera à punaru'u...
    brainless 2016-04-12 20:49:00
    c'est super, continuez de saccager le fenua sans scrupule la vallée de Tautira est l'une des plus belles de Tahiti c'est vraiment n'importe quoi, vous dites penser à votre descendance mais vous n'allez leur laisser qu'une vallée ravagée par du béton, votre cupidité sera votre perte à tous !

    Et les marées motrices plus personne n'en parle, comme par hasard ...
    citoyen 2016-04-12 16:53:00
    A Rico, ça va servir à faire du fric...et alors, en quoi c''est gênant que les Polynésiens propriétaires puissent se faire du fric avec leurs terres ?! C''était mieux peut être quand c''était MARAMANUI et que les proprios ont eu kedal ?!!!
    citoyen 2016-04-12 16:44:00
    A Rico; a quel moment il a été question de EDT dans l''article ?!! En sachant que ces ouvrages seront situés dans l''une des communes du SECOSUD, la production pourra être vendu directement a cet acteur !!!
    rico 2016-04-12 14:14:00
    une bien belle c*nnerie cette histoire de centrale électrique. Encore l'EDT qui s'en mettra plein les poches, les habitants de Tautira n'auront plus leur si belles rivière et embouchure. Il n'y même pas d'eau potable aux robinets de Tautira, arrêtez de nous bassiner que c'est un développement durable, c'est faux! c'est uniquement pour se faire du fric au dépourvu de l'environnement, comme il a été le cas à papenoo, punaruu et taharuu! bande de menteurs !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete