Habillage fond de site

Tautira – Les partisans de la défusion s’impatientent

mercredi 4 octobre 2017

défusion tautira

Le comité 808 reste en attente du coup d’envoi de l’enquête publique depuis un an et demi, au sujet de la défusion de Tautira de Taiarapu-Est. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Dans le flou depuis un an et demi, le comité 808, militant en faveur de la sortie de Tautira de la commune de Taiarapu-Est, a décidé de saisir les médias. Après deux pétitions en bonne et due forme, l’équipe reste en attente du coup d’envoi d’une enquête publique par le haut-commissaire, conformément à la procédure. Une manifestation et un recours au tribunal administratif sont envisagés, le cas échéant.

Après une première pétition en 2014, au lendemain des élections municipales, et une seconde en 2016, après une année de latence légale, le comité 808, militant en faveur de la sortie de Tautira de la commune de Taiarapu-Est, reste dans l’attente du coup d’envoi d’une enquête publique, et ce, depuis un an et demi.

Peu avant son départ, en mai 2016, le haut-commissaire Lionel Beffre annonçait dans un courrier la poursuite de la procédure “dans les prochaines semaines”, via “la nomination d’un commissaire enquêteur chargé d’étudier ce projet de défusion, de recueillir les observations du public et des experts, et de rédiger un rapport d’enquête”.

Malgré de multiples relances adressées à son successeur, René Bidal, l’affaire semble actuellement au point mort.

“Nous n’avons reçu aucune réponse jusqu’à aujourd’hui. C’est pour cette raison que nous avons décidé de passer par les médias, dans un premier temps. Si rien ne bouge, nous envisageons de lancer une procédure judiciaire au tribunal administratif et même d’organiser une manifestation, s’il le faut”, précise Arnold Toheira, en tant que porte-parole du comité.

Car, si le code général des collectivités territoriales (CGCT) ne stipule pas de délai quant à cette nomination, en ayant recueilli le soutien de plus du tiers des électeurs, le comité 808 estime qu’il n’a plus rien à prouver.

 

“Qu’est-ce qu’on attend?”

 

“Qu’est-ce qu’on attend ? Le dossier est prêt. La procédure doit suivre son cours. Ça fait trop longtemps que ça stagne. Si on ne réagit pas, la population ne va pas comprendre”, enchérit le président du comité, Alain Paia.

C’est avec la définition de la démocratie, en tant que forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple, que ce dernier signe ses courriers, comme pour rappeler que, contrairement à Hitia’a o te Ra, où c’est le conseil municipal qui a été interpellé en premier, à Tautira, l’initiative vient d’en bas.

À noter que l’enquête publique constitue une étape parmi d’autres dans le projet de défusion. Si elle est effectivement lancée, les conclusions qui en découleront seront examinées par une commission élue au sein de la commune associée.

Ce sera ensuite au tour du conseil municipal, du conseil des ministres et de l’assemblée de la Polynésie française d’être consultés, tandis que la décision finale reviendra au haut-commissaire ou à la ministre des Outre-mer, selon la teneur des avis rendus précédemment. 

A.-C.B.

 

défusion pueu comité 808

30
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete