Habillage fond de site

TAUTIRA – Un projet de rahui présenté aux pêcheurs

jeudi 4 mai 2017

tautira rahui

La présentation était assurée par Pauline Fabre, doctorante, avec le soutien de Tamatoa Bambridge, chargé de recherche au Criobe,
qui a répondu aux questions des participants. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Une réunion d’information était organisée par des représentants du Criobe, hier, à la mairie de Tautira, à destination des pêcheurs, dans le cadre d’un projet de mise en place d’un rahui. Il s’agissait de présenter les résultats des enquêtes réalisées sur le terrain, ainsi que les possibilités offertes par un mode de gestion participatif. “Dans l’ensemble, à Tautira, le projet est accueilli positivement”, confirme Tuheariki Cabral, étudiant-stagiaire.

Une réunion d’information s’est tenue, hier matin, à la mairie de Tautira, dans le cadre du projet de mise en place d’un réseau de rahui à Taiarapu.

Il y a quelques semaines, au Fenua ‘aihere, une quarantaine de pêcheurs avaient répondu présents, contre moins d’une quinzaine, côté village. Pour autant, les échanges avec les scientifiques du Criobe (centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement, NDLR), en charge des études dans le cadre du programme Integre, n’ont pas été moins enrichissants.

“Ces rencontres nous permettent de discuter avec les premières personnes concernées par la ressource, dans le but d’adapter au mieux le projet. On se rend compte qu’il y a beaucoup d’enjeux à prendre en compte”, précise Tuheariki Cabral, étudiant-stagiaire.

Une présentation a été assurée par Pauline Fabre, doctorante, avec le soutien de Tamatoa Bambridge, chargé de recherche, en présence de deux conseillers municipaux. S’agissant des enquêtes réalisées sur le terrain, Tautira totalise un record, avec vingt-trois pêcheurs interrogés ; un résultat qui n’est pas dû au hasard puisque, d’après le dernier recensement, un résident sur trois pratiquerait cette activité, tandis que la commune dispose du plus grand lagon de la Presqu’île.

 

Un accueil positif

 

L’enjeu est donc de taille, supposant de trouver un équilibre entre pêche et préservation. Un modèle inédit de rahui tournant, avec un “cœur protégé”, est apparu comme le plus adapté. Il a d’ailleurs fait l’unanimité lors de la réunion.

“Dans l’ensemble, à Tautira, le projet est accueilli positivement”, confirme Tuheariki Cabral. D’après les points de vue échangés hier, le système est visiblement perçu comme “un avantage”, offrant aux poissons “le temps de grandir”.

Le rahui de Teahupo’o et son bilan positif, trois ans après la mise en place du dispositif, pourrait donc faire des petits, bien que chaque projet soit différent, étant basé sur une gestion participative. “Qui, où et quelles règles ? Ce sont les questions que vous devrez vous poser, car c’est vous qui décidez des conditions”, a souligné Tamatoa Bambridge, ne fermant la porte à aucune possibilité.

L’équipe organisera prochainement une autre réunion à Tautira, élargie à l’ensemble des administrés, en parallèle du coup d’envoi d’une tournée des autres communes de Taiarapu intéressées par le projet, dont Vairao et Faaone.

 

 

A.-C.B.

 

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

 

 

101
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete