Tautira – Te Ao Uri se prépare pour sa première participation au Heiva i Tahiti

    mercredi 25 mai 2016

    Te Ao Uri enchaîne les répétitions depuis le début de l’année, dans le cadre des préparatifs du Heiva i Tahiti 2016. Le groupe de danse de Tautira est mené par Vaihei Paepaetaata, une jeune femme de 26 ans au parcours atypique.  Son spectacle repose sur un projet ambitieux, à la fois culturel et environnemental, mais également à destination de la jeunesse.

    À un peu plus d’un mois du coup d’envoi du Heiva i Tahiti 2016, le rythme des répétitions s’accélère pour la vingtaine de groupes de danse en lice.
    À Tautira, 70 danseurs et danseuses, tous amateurs, se préparent depuis le début de l’année à représenter leur commune sur la scène de To’ata, accompagnés de quatre choristes et de treize membres d’orchestre.

    Ce sera la première participation du groupe, baptisé Te Ao Uri, c’est-à-dire Le monde de la nuit, “où chaque danseur représente une petite lumière”, précise Vaihei Paepaetaata, faisant ainsi référence à la partie du triangle polynésien à laquelle appartient Tahiti.
    À seulement 26 ans, la jeune chef de groupe, originaire de Tautira, a un parcours pour le moins atypique.
    “J’ai eu mon master Langues, cultures et sociétés en Océanie en mai 2015. Avant de poursuivre en doctorat, je me suis accordé une année sabbatique, pour mettre en place ce projet, même si je n’ai pas énormément d’expérience dans le domaine de la danse”, reconnaît-elle.

    Un vaste projet

    La jeune femme n’en vit pas moins ardemment sa culture, s’inspirant de son mémoire pour élaborer la trame de son spectacle.
    “Nous allons raconter l’histoire d’un clan de femmes, dont j’ai découvert l’existence en faisant l’étude toponymique de la vallée de Vaitoto, qui est la moins connue de Tautira. Ces femmes étaient minimisées par les hommes, et l’idée, c’est de leur redonner la parole”, explique-t-elle.

    Tata’iraa fa’aho’i te parau i ni’a i tona vai raa. Telle sera la thématique développée au cours de la prestation, axée sur la restitution de la sacralité des mots. Vaihei Paepaetaata a tout écrit elle-même, en s’appuyant sur ses connaissances, acquises auprès des anciens ou au cours de ses stages, ainsi que sur son propre imaginaire.
    “Beaucoup de choses me viennent en rêve”, confie-t-elle.

    Pour choisir les gestes adéquats, la jeune femme est aidée de répétitrices.
    Ce spectacle est donc le fruit d’un véritable travail de groupe, jusqu’à l’élaboration des costumes, en l’absence de costumière attitrée.
    Mais Vaihei Paepaetaata n’est pas à un challenge près, d’autant que son projet est, en vérité, beaucoup plus vaste, puisqu’il consiste à mettre en place un programme de nettoyage du littoral et des sites patrimoniaux de Tautira, mené par les jeunes eux-mêmes.

    “Mais c’est dur de les convaincre de l’importance de cette démarche. Du coup, les messages sont intégrés dans le spectacle, pour qu’ils les intériorisent. Le déclic commence déjà à se faire, au fur et à mesure de notre aventure”, constate la jeune femme, soucieuse de valoriser les ressources de la commune et de sa jeunesse.
    Pour l’heure, le groupe se réunit quotidiennement derrière la mairie de Tautira, pour perfectionner sa prestation, qui fera l’ouverture de la soirée du 1er juillet. 

    A.-C.B.

    Le programme du Heiva 2016

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete