Habillage fond de site

Le taux de chômage dans les îles de la Société s’élève à 14,7 %

jeudi 4 avril 2019

chomâge emploiL’Institut de la statistique vient de publier l’enquête emploi 2018. Celle-ci révèle que plus de la moitié de la population des îles de la Société bénéficie d’un emploi. Le nombre de chômeurs s’élève à 14 700 personnes. Le taux de chômage des moins de 25 ans est trois fois plus élevé que la moyenne.

L’institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) vient de publier les résultats de l’enquête emploi 2018 dans l’archipel de la Société. Celle-ci révèle que sur les 166 400 personnes âgées de 15 à 64 ans, qui constituent la population en âge de travailler, un peu plus de la moitié, soit 85 200 personnes, occupe un emploi. Selon les premiers constats, ce taux d’emploi établi à 51,2 % est inférieur à celui de l’Hexagone qui dépasse les 65 % et à celui de la Nouvelle-Calédonie qui est de 58,9 %. A contrario, il est similaire au taux d’emploi de la Guadeloupe et de la Martinique et est supérieur à ceux de La Réunion, de la Guyane et de Mayotte.

Cette enquête montre aussi que les trois quarts de ces 85 200 personnes qui occupent un emploi sont salariées et que 70 % d’entre elles sont en contrat à durée indéterminée. Le quart restant concerne les travailleurs indépendants, les chefs d’entreprise, les aidants familiaux ou les travailleurs informels qui occupent un emploi dit “non salarié”.

Parmi les personnes salariées, l’enquête montre aussi qu’elles seraient près d’une personne sur cinq en situation de précarité du fait d’occuper un emploi par intérim, saisonnier ou du fait de travailler en extra, en stage ou sans contrat. L’activité à temps partiel concerne en moyenne 12 % des salariés et touche plus particulièrement les jeunes.

Selon l’enquête, sur l’ensemble des personnes concernées par le temps partiel, trois sur quatre le subirait. Ce qui signifie qu’elles souhaiteraient travailler plus mais ne le peuvent pas.

Les chiffres de l’enquête révèlent donc que plus d’un emploi salarié sur sept est considéré comme fragile ce qui concerne au total 12 600 personnes, soit 14 % des salariés. Selon l’ISPF, ces emplois fragiles ne concernent pas plus les hommes que les femmes mais touchent particulièrement les jeunes adultes de moins de 30 ans. En effet, à eux seuls, ils occupent près de 41 % de l’ensemble de ces emplois fragiles.

 

14 700 chômeurs

 

En ce qui concerne l’entrée dans le monde du travail de ces jeunes adultes, l’enquête met en exergue deux sortes de populations. La première, qui occupe majoritairement ces emplois fragiles, concerne des jeunes peu ou très peu qualifiés tandis que parmi les jeunes adultes, fonctionnaires ou en CDI, ils sont 60 % à détenir au moins le baccalauréat et un quart à détenir un diplôme universitaire de niveau bac plus +2.

Dans les îles de la Société, l’enquête montre qu’en 2018, 36 100 personnes âgées de 15 à 64 ans sont sans emploi mais prêtes à travailler, dont 14 700 chômeurs. Un chômeur est une personne qui était sans emploi la semaine précédent l’enquête, activement en recherche pendant le mois précédent l’enquête et disponible dans les deux semaines pour occuper un emploi.

Les 21 400 personnes qui restent font partie de ce qu’on appelle le halo. Elles ne sont pas considérées comme des chômeurs à proprement parlé ou comme défini par le Bureau international du travail (BIT) car il s’agit de personnes qui souhaitent travailler mais qui ne recherchent pas activement un emploi.

Pour les hommes, la cause majeure serait le découragement et pour les femmes, la situation familiale. En effet, le fait de devoir garder les enfants ou des personnes dépendantes ne leur permettent pas de chercher un emploi ou d’être immédiatement disponibles.

 

Le baccalauréat ne garantit pas l’emploi

 

Si l’on s’en tient donc au taux de chômage au sens du BIT, ce taux s’établit à 14,7 %. Il est supérieur à celui de l’Hexagone et à celui de la Nouvelle-Calédonie mais est inférieur à celui des départements d’outre-mer qui varie de 18 % en Martinique à 26 % à Mayotte. Ce taux de chômage en Polynésie concerne particulièrement les jeunes puisqu’un tiers des chômeurs n’a jamais travaillé et six jeunes sur dix de moins de 25 ans n’ont jamais eu d’emploi régulier.

Le taux de chômage des moins de 25 ans est trois fois plus élevé qu’en moyenne. Toutefois, les jeunes disposant de diplômes supérieurs au baccalauréat ne sont plus que 19 % à être concernés par le chômage contre 38 % pour ceux sans diplôme et 33 % pour ceux n’ayant qu’un baccalauréat.

L’enquête met également en exergue qu’un CAP ou un BEP est plus favorable qu’un baccalauréat général pour trouver un emploi car ils sont 27 % à être concernés par le chômage ce qui représente six points de moins qu’un bachelier.

 

Jen.R.

Retrouvez ici l’intégralité de l’étude de l’ISPF : pf-etudes-2019-05-enquete-emploi

RÉPARTITION CHOMEUR EMPLOI 2018

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Depuis le 28 mai dernier, la Polynésie n’a plus de haut-commissaire en fonction. Qu’en pensez-vous ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete