Habillage fond de site

Teaonui Tehau, dit “Filou”, le serial buteur de l’AS Vénus

jeudi 24 mai 2018

02

Né au milieu des quartiers de Fareroi et de Hitimahana à Mahina, il aurait pu comme certains jeunes s’adonner à la consommation de drogue, être tenté par l’alcool ou faire de la violence son quotidien. Mais c’est autre chose qui rythme sa vie.

Avec un papa carreleur et une maman femme de ménage, Teaonui Tehau a grandi dans une famille modeste mais où le sport – le football surtout – tient une grande place. Comme son père Vatea et une majorité de sa famille, le jeune Teaonui a une passion pour le ballon rond.

Malgré le handicap de son petit gabarit, le gamin montre vite des prédispositions certaines. Personne ne doute qu’il se fera un nom dans le football tahitien.

Mais c’est finalement son surnom, “Filou”, qui résonne sur tous les terrains. Lorsqu’il n’était encore que chez les

 

benjamins, son coach, Teiva Izal, avait piqué une colère contre l’enfant à cause d’un retard à l’entraînement.

Pour montrer qu’il n’était pas là pour s’amuser, Teaonui a traversé le terrain, balle aux pieds, a driblé tous ses adversaires et feinté le gardien, avant de mettre le ballon au fond des filets. L’entraîneur bluffé l’affublera chaleureusement du sobriquet de “filou”.

Depuis cette date, Teaonui est “Filou” pour tous ceux qui le connaissent. C’est même désormais tatoué sur son avant-bras.

Gazon, salle et maintenant sable

Avec ses copains de la même promotion, Filou a tout gagné dans son enfance : coupes et championnats. On le retrouve logiquement à la Coupe du monde des moins de 20 ans en Égypte.

Ilentre chez les seniors de la sélection de Tahiti en 2010 et découvre les jeux du Pacifique.

En 2013, il goûte à la coupe des confédérations au Brésil, après avoir remporté l’année précédente la coupe d’Océanie (OFC – Confédération du football d’Océanie) à laquelle il a participé pas moins de quatre fois.

Mais Filou est insatiable. Il en veut toujours plus, alors il intègre la section futsal de l’AS Vénus en 2014. C’est un bon complément à sa soif de football. Et il y perfectionne sa technique, lui qui a tant d’admiration pour l’inarrétable attaquant barcelonais Lionel Messi.

Puis tout récemment, il a été approché par les Tiki toa. Comme d’autres présélectionnés, Filou suit une préparation qui va se poursuivre en Suisse. Et si le sable complique le jeu et met le corps à dure épreuve, Teaonui s’adapte toujours avec la même passion à cette nouvelle surface de terrain.

 04

Numéro 10 et capitaine de Vénus, Filou a aussi inscrit son nom dans la liste des meilleurs buteurs de Ligue 1. Cette année encore, il est en haut de cette liste avec un total de 53 buts.

Autant dire que le groupe des jeunes de moins de 13 ans de Vénus le regarde comme une idole. Car Teaonui est entraîneur également au club et devrait prendre la direction du dispositif “école de sports” mis en place en partenariat avec la commune dans le cadre du périscolaire.

Les gamins ont vu que leur jeune coach de 25 ans a marqué trois buts vendredi dernier. Cette victoire contre Manu ura clôt une saison compliquée pour le groupe senior, pourtant soudé.

Toutefois, les joueurs ne sont pas encore en vacances. Pour l’heure, Filou et ses comparses de l’AS Vénus ont la tête en finale de la coupe. Il faudra battre Dragon, 3e de Ligue 1. Ce trophée pourrait faire oublier une triste 5e place au classement qui est, selon Teaonui, le résultat d’un manque de concentration et aussi de chance.

Une victoire permettrait à cette génération, qui a grandi ensemble sous la bannière de Vénus, de remporter son premier titre majeur. Cette victoire leur offrirait aussi le ticket pour participer à la Coupe de France. Alors samedi soir à Pater, tous les yeux seront tournés vers Teaonui.

J.-L.M.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete