Habillage fond de site

TÉLÉPHONIE – Une mesure avantageuse inapplicable aux Polynésiens

mardi 18 avril 2017

téléphonie

Le 15 juin, les Européens ne paieront plus les frais d’itinérance lorsqu’ils téléphoneront, enverront des SMS ou consulteront Internet depuis leur téléphone mobile en étant à l’étranger. (© DR)

Le 15 juin, les utilisateurs de l’Hexagone de téléphonie mobile ne paieront plus les frais d’itinérance lorsqu’ils voyageront dans un pays de l’Union européenne. Et vice-versa pour les Européens qui viendraient séjourner en France.

Cette nouvelle loi, prise par le Parlement européen, va donc permettre à ces usagers de ne plus avoir de frais supplémentaires facturés pour les appels, l’envoi de SMS et l’utilisation d’Internet mobile quand ils seront en déplacement dans un autre pays que le leur.

Une mesure, qui selon les opérateurs locaux, ne peut se dupliquer à la Polynésie française. Le directeur général de Vodafone, Thomas Lefebvre, en précise les raisons : “Ce sont des accords bilatéraux où chacun doit y trouver son intérêt. Si demain Vodafone voulait offrir la gratuité aux Polynésiens qui voyagent en Allemagne, par exemple, il faudrait offrir la gratuité aux Allemands qui voyagent en Polynésie. Quand on sait qu’il y a plus de touristes étrangers qui viennent chez nous que de Polynésiens qui vont à l’étranger et que notre réseau coûte plus cher qu’ailleurs, proposer la gratuité à tout le monde ne serait pas intéressant pour le territoire et pour les opérateurs”.

Erika Tonnerre, directrice marketing et commerciale de Vini, précise également que la Polynésie française ne dépend pas de la réglementation européenne et que, par conséquent, cette mesure n’est pas applicable ici. Elle ajoute aussi que pour supprimer les tarifs d’itinérance, “il faudrait que des opérateurs comme AT&T, Verizon, Spark et d’autres acceptent ce principe bilatéral, ce qui semble peu probable”.

 

Vers une réduction des coûts localement

 

Toutefois, Thomas Lefebvre ajoute que tout ce qui se fait en Europe est intéressant parce que la Polynésie peut s’en inspirer. Cependant, selon lui, pour que de telles baisses puissent se mettre en place, il faudrait que les tarifs dits de gros diminuent considérablement, comme cela s’est produit en Europe. Une diminution qui par ailleurs doit arriver, même si elle se fait un peu attendre.

“Les tarifs de la téléphonie mobile doivent baisser par vocation. C’est ce que nous attendons et qui fait d’ailleurs partie des recommandations du schéma directeur du numérique pour les cinq ans à venir. Pour développer le numérique sur le territoire ou pour débloquer les usages, il faut que nous puissions appliquer des tarifs intéressants.
Mais pour ce faire, il faut que les tarifs que se facturent les opérateurs baissent de manière très importante”, explique-t-il.

Effectivement, aujourd’hui lorsqu’un client Vodafone appelle un client Vini, et inversement, les opérateurs doivent payer à leur concurrent chaque minute utilisée.

Vodafone, par exemple, reverse 7 F à Vini à chaque fois que l’un de ses clients appelle un numéro commençant par 87.

Il y a trois ans, selon Thomas Lefebvre, ce tarif était de 7,50 F la minute. Le tarif a donc baissé, mais le directeur général de Vodafone souhaiterait encore voir “baisser ces tarifs entre opérateurs”.

 

Jen.R.

 

téléphonie

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

4
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete