Habillage fond de site

Terres, famille, travail : une juriste vous aide dans vos démarches

mercredi 2 août 2017

juriste droit

Les permanences d’accès au droit ont été lancées en mai 2016 dans les quartiers prioritaires de la capitale. La plupart des questions concernent les affaires de terres et le droit de la famille. (@ Marie Guitton)


Garde des enfants, héritage, conflit avec les voisins, permis de construire ou courrier à écrire à l’assurance-maladie… La ville de Papeete relance ses permanences d’accès au droit dans les quartiers prioritaires. Un mardi par mois, à Taunoa, Mama’o, Tipaerui et Titioro, une juriste conseille les habitants sur les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien, et les aide dans leurs démarches administratives ou judiciaires.

Mon enfant fa’a’amu peut-il hériter ? Qui a l’autorité parentale en cas de séparation ? Comment changer un prénom ?

À Tipaerui, Taunoa, Mama’o et Titioro, Catherine, une juriste qui travaille sous convention avec la mairie de Papeete, reçoit les administrés un mardi par mois pour les aider dans leurs démarches.

Ces permanences d’accès au droit ont été lancées en mai 2016 dans les quartiers prioritaires de la capitale.

“On est face à une population fragile, vulnérable, parfois des administrés en grande difficulté. Ça leur permet d’être reçus gratuitement et anonymement par un juriste, qui les informe de leurs droits, les conseille dans leurs démarches administratives, les aide à rédiger un courrier à l’Office polynésien de l’habitat (OPH) par exemple, ou à comprendre un acte de justice”, explique Catherine, qui leur remet formulaires et notices, et les redirige vers tel ou tel professionnel compétent – avocat, notaire, assistant social, défenseur des droits… – pour traiter leur problème.

La juriste se déplace parfois à domicile chez des personnes malades ou porteuses d’un handicap. “Et s’il le faut, en fonction de la situation, je vais presque les prendre par la main pour les accompagner chez la bonne personne, je vais appeler pour eux, m’assurer qu’ils aient un bon accès au droit”, confie-t-elle.

L’année dernière, 50 % des cas qu’elle a eu à connaître concernaient le foncier, en particulier des affaires de construction sur des terres indivises. 40 % le droit de la famille, comme des histoires de filiation ou de pensions alimentaires. Et 10 % d’autres problématiques : assurance-maladie, locations, contrat de travail, permis de construire, droit de la consommation…

Six personnes sur dix sont des femmes, entre 25 et 80 ans. “Beaucoup sont à la retraite, précise Catherine. Il y a vraiment une attente, un besoin d’être informées et écoutées, parce qu’elles n’ont pas compris ce qui se passe.”

De façon générale, les administrés qui la consultent chercheraient une oreille pour les écouter. “Trop souvent, cela fait beaucoup de temps qu’ils se perdent entre différents services sans trouver la bonne information, constate-t-elle. Et en général, comme ils n’ont pas de preuves écrites de leurs précédentes démarches, il faut tout reprendre de zéro.”

 

Marie Guitton

 

accès droit permanence droit

176
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete