TERRORISME – Les deux suspects mis en examen et écroués

    lundi 24 avril 2017

    terrorisme

    Les deux hommes ont été arrêtés, rue de Crimée (3e). (© DR)

    Les deux hommes interpellés mardi à Marseille dans le cadre d’un projet d’attentat en pleine période électorale ont été mis en examen, hier, à quelques heures des résultats du premier tour de la présidentielle.

    Clément Baur, 23 ans, et Mahiedine Merabet, 29 ans, qui avaient vu leur garde à vue prolongée samedi au-delà des 96 heures, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, a précisé le parquet de Paris.

    Les deux suspects se sont peu exprimés en garde à vue, si bien que la nature exacte de leur projet n’a pu être établie avec précision. “Mahiedine Merabet a exercé son droit au silence, précise une source proche de l’enquête. Clément Baur s’est un peu exprimé. Mais tous deux contestent un projet précis d’action violente. Les investigations n’ont pas encore permis d’identifier de cible”.

    Les deux hommes, qui vivaient en clandestinité munis de faux papiers, étaient recherchés depuis début avril par la Direction régionale de la sécurité intérieure (DGSI). Leur traque s’est intensifiée le 12 avril, avec l’interception par les services antiterroristes d’une vidéo d’allégeance à l’organisation Etat islamique (EI).

    Sur ce montage, on aperçoit un pistolet mitrailleur Uzi, semblable à celui qui sera retrouvé en perquisition, un drapeau de l’EI, la phrase “La loi du talion” écrite avec des munitions et la une du journal Le Monde du 16 mars consacrée à la campagne électorale, illustrée par une photo du candidat des Républicains, François Fillon.

    Cette référence explicite à l’élection présidentielle, ainsi que la période de la publication de la vidéo, a fait craindre aux autorités un projet d’attentat visant un homme politique ou un QG de campagne. Plusieurs équipes de candidats avaient ainsi été alertées de la menace et leur sécurité renforcée.

    L’arsenal retrouvé dans l’appartement loué par les deux hommes à Marseille inclinent aujourd’hui les enquêteurs à penser que l’attaque était prévue dans la région où, en dehors de Marine Le Pen, aucun candidat n’avait prévu de meeting à cette période. Trois kilos d’explosifs de type TATP ont en effet été découverts : cet explosif étant particulièrement instable, il est peu probable qu’il ait été destiné à être transporté sur de longues distances.

    Un fusil-mitrailleur, deux armes de poing, une grenade artisanale, des sacs de munition, un plan de Marseille ainsi qu’une caméra portable équipée d’un harnais complétaient l’équipement entreposé dans l’appartement. 

    AFP

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete