Habillage fond de site

Teva Plichart prépare un Tour de France “assez costaud”

vendredi 17 mars 2017

teva plichart

Teva Plichart. (© Benoît Buquet)


Teva Plichart, et les membres de l’équipage de Trésors de Tahiti, se sont envolés mardi pour la France. Nous avons interviewé le skipper avant le démarrage de la saison de voile en France. Objectif : être prêt pour le départ du Tour de France à la voile le 7 juillet.

L’équipage Trésor de Tahiti est-il prêt ?

L’équipage est complet : Pierre Pennec à la barre, Manutea Mahai à l’avant, le troisième est Aymeric Arthaud, le neveu de Florence Arthaud. On a fait un stage de dix jours avec lui en février. On continue à se préparer. On s’affine.

 

Que vous apporte Aymeric Arthaud ?

Il a participé au Tour de France l’an dernier. Il a déjà fait la Solitaire du Figaro. Il n’a pas un grand palmarès mais il navigue très proprement et il nous aide beaucoup sur la navigation. C’est lui qui sera en charge de la navigation et des longs parcours côtiers.

 

Que vous a apporté l’entraînement avec l’équipage FDJ ?

On n’avait pas navigué ensemble depuis la fin du Tour de France 2016. Ça nous a permis de faire une remise à niveau de toute l’équipe. Et puis se caler avec Aymeric Arthaud, parce qu’il avait une manière de naviguer un peu différente de la notre. Il a fallu une adaptation de son côté comme du nôtre.

 

Le bateau est-il prêt également ?

On achète un nouveau Diam 24 en France. Il va nous être livré normalement mi-mars. Nous faisons le baptême du bateau la veille de la première régate du Grand-Prix de l’Atlantique à Pornichet (28 mars au 2 avril).

 

Quel objectif vous fixez-vous sur le Grand-Prix de l’Atlantique ?

L’idée est de progresser. Pour le Grand Prix de l’Atlantique, je ne sais pas combien il y aura de concurrents. L’an dernier on a fait un podium. Déjà, commencer la saison avec une place dans les cinq premiers serait bien. Mais c’est un peu difficile à dire, il va y avoir beaucoup de monde. Et tout le monde attend ces premières épreuves de début de saison pour se jauger, donc on est un peu dans l’expectative.

 

Vous êtes inscrits sur cinq courses avant le Tour de France en juillet. Laquelle est la plus importante pour vous ?

J’aimerais bien me donner un objectif assez élevé sur le Championnat de France (le Grand Prix de l’École navale du 25 au 28 mai). Pour finir, il y aura la Multy’Co (3-5 juin) qui est une course avec beaucoup de longs parcours, donc on a envie de travailler un peu ça.

 

Et votre objectif sur le Tour de France cette année ?

Il va y avoir une grosse affluence avec un très haut niveau. Je ne me fixe pas trop d’objectif. J’attends de voir le plateau avant de dire ce qu’on pourra faire. Cette année, il n’y a ni les Jeux olympiques, ni le Vendée Globe, donc toutes les stars reviennent sur le Tour de France.

Il y aura un bateau avec Billy Besson, un équipage australien avec le médaillé d’argent en Nacra aux Jeux de Rio, un équipage anglais… Je crois qu’il y a déjà 35 bateaux pré-inscrits. Ce sera une belle année et ce sera assez costaud de rentrer dans les dix premiers du Tour.

 

Où en est l’équipage amateur ?

L’équipage amateur est en train de se préparer en vue du Tour de France en juillet. Par contre, on n’a toujours pas les fonds nécessaires pour le faire partir. Même si on arrive à combler ce creux doucement, on devra probablement attendre fin mai pour prendre une décision.

 

Propos recueillis par Benoît Buquet

 

tour de france

 

 

43
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete