Habillage fond de site

Théâtre – Avec Réparer les vivants, “c’est la vie qui triomphe”

mardi 20 février 2018

Réparer les vivants est l'histoire du cœur de Simon, qui deviendra bientôt le cœur de Claire. (© DR)

Réparer les vivants est l’histoire du cœur de Simon, qui deviendra bientôt le cœur de Claire. (© DR)

C’est un spectacle énergisant. Un véritable hymne à l’amour, à la vie, à l’humain qui a valu le Molière 2017, du meilleur seul en scène, à son interprète, Emmanuel Noblet, ainsi que le prix Beaumarchais du meilleur spectacle 2017.

Et c’est grâce à la compagnie du Caméléon que cette merveilleuse pièce, Réparer les vivants, est proposée au public polynésien du 23 février au 10 mars. Tirée du roman de Maelys de Kerangal, l’œuvre a été adaptée au théâtre par Emmanuel Noblet, qui offre ici un spectacle lumineux à la fois bouleversant, haletant et généreux.

L’histoire raconte la vie trépidante d’un jeune surfeur de 19 ans, victime d’un accident de la route. L’accident est grave. Simon est déclaré en état de mort cérébrale. Son cerveau ne fonctionne plus mais ses organes sont encore en vie.

Les médecins proposent alors à la famille, le don d’organes. Réparer les vivants, c’est donc l’histoire du cœur de Simon qui deviendra bientôt le cœur de Claire, 50 ans, au terme d’une course contre la montre, haletante et captivante.

Dès sa première représentation, Emmanuel Noblet a su conquérir le cœur du public. Depuis, il n’a cessé de faire salle comble à chaque spectacle. Et pourtant, le thème de la pièce pouvait rebuter les spectateurs. Même les producteurs doutaient de la réussite d’un tel spectacle.

“Au début, les producteurs m’ont dit, le don d’organes, c’est affreux. Ça va effrayer le public, les gens ne viendront pas. On a déjà du mal à faire venir du monde avec des comédies, alors le don d’organes, ça ne marchera pas”, se souvient Emmanuel Noblet, qui poursuit : “J’entendais ces critiques mais connaissant le texte, sa force, je savais qu’il n’y avait rien de morbide. Au contraire, c’est une histoire ultra-positive car c’est la vie qui triomphe.”

Et l’artiste a eu raison d’insister, car il jouera sa 280e représentation, ce vendredi soir, au petit théâtre de la Maison de la culture. Le directeur artistique de la compagnie du Caméléon, Guillaume Gay, a vu la pièce en France. Il se rappelle être sorti du théâtre le cœur plein : “J’ai eu envie d’appeler mes proches en sortant de cette pièce, de leur dire à quel point je les aimais. C’est un spectacle qui vous remplit d’amour. C’est un spectacle qui fait du bien.”

Jen.R.

 

EMMANUEL NOBLET

Pratique
Réparer les vivants

Du 23 février au 10 mars au petit théâtre de la Maison de la culture

Représentations : vendredi et samedi à 19 h 30 et dimanche à 17 heures

Tarifs de 2 500 F à 4 000 F

Pass famille (2 adultes et 2 enfants) à 10 000 F, valable uniquement le 23, 24 et 25 février.

Points de vente : Carrefour Arue, Faa’a, Punaauia et Taravao ou sur les sites internet www.ticket-pacific.com et www.radio1.pf

*Un service garderie est proposé dans une salle de la Maisdon de la culture, à côté du théâtre.
Il est assuré par des professionnelles de la petite enfance, pour tous les enfants à partir de 1 an.
Le tarif est de 1 000 F par enfant. Les réservations se font par mail à : cameleon@mail.pf

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour vous, la rentrée scolaire est :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete