Thierry Ariiotima reste à la barre de la fédération tahitienne de football

lundi 3 août 2015

Alors que le départ (pour le moment provisoire) du poste de directeur général de Reynald Temarii, l’homme fort du football local depuis plusieurs années, aurait pu faire germer quelques idées de changements, les dirigeants du football polynésien ont préféré miser la carte de la continuité en élisant le discret Thierry Ariiotima. 
Pour ce dernier, si sa ré-élection ne faisait aucun doute vendredi après-midi dernier au Centre de formation de Pirae, puisqu’aucune autre liste que la sienne n’avait été déposée, l’inquiétude portait sur le quorum. En effet, des changements de règlements applicables dès le lendemain 1er août devant être votés lors de cette assemblée générale, tout report aurait nui à la bonne marche de la FTF alors que se profile le début de saison. 
Le quorum ayant été très largement atteint puisque 46 des 53 clubs affiliés étaient représentés, Thierry Ariiotima a pu vivre le déroulement de cette assemblée le cœur léger. Et ce d’autant plus qu’il a surpris son auditoire en laissant la parole à Olivier Huc, en charge de sa communication, qui, s’appuyant sur un montage vidéo, a dressé le bilan avant de présenter les axes de développement. Le programme “Vision 2020”, portant sur les années 2015 à 2020  a été présenté en détails. Les six grands axes de travail que sont l’éducation, la solidarité, la santé, l’économie, l’investissement et la bonne gouvernance ont tous été abordés. 

Soutien financier aux clubs

Il faut en retenir, dans le domaine de l’éducation, la labellisation des écoles de sport et l’accès, pour les 200 meilleurs jeunes, aux sections sportives mises en place dans certains établissements scolaires. Au registre de la solidarité, il est prévu la gratuité des licences pour les jeunes tout comme celles des formations FTF pour les bénévoles, dirigeants éducateurs et arbitres. Pour le Festival des îles, maintien du financement total des frais de séjour pour les 2 000 participants venus des îles. 
Le volet économique a fait part d’un montant de 60 millions de Fcfp des partenaires publics et privés et de 100 millions en moyenne par an issus de la Fifa, de la FFF, de l’UEFA et de l’OFC. 
“Ce résultat est le fruit de dossiers techniques bien montés et notre administration sera invitée à poursuivre ce travail de grande qualité mais totalement méconnu du grand public”, était-il écrit sur la profession de foi présidentielle. Gagner les compétitions OFC U17, OFC Nations Cup, OFC beach soccer, OFC futsal ne ferait que consolider la crédibilité de la FTF auprès de ses partenaires et par retour faciliterait toute demande d’aide financière. Toujours pour aider les clubs touchés par la crise économique, la FTF va s’appuyer sur son nouvel immeuble à Pirae qui accueillera le siège et la boutique. Pourront y être commandés des équipements sportifs à des tarifs préférentiels. 
En conclusion, “Servir notre pays” sera la devise du programme d’actions. Un programme ambitieux mais indispensable dans la quête de la FTF de devenir une place forte du football océanien dans toutes ses disciplines. Les Toa Aito, vainqueurs en 2012 de la Coupe des nations, et les Tiki Toa, en 2013 et 2015, ont montré la voie. 

Luc Ollivier

Lire l’interview de Thierry Ariiotima dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete