Thierry Lefèvre, roi des palmiers et des conifères

    samedi 14 novembre 2015

    À 50 ans aujourd’hui, Thierry Lefèvre a bâti son business dans le domaine de la construction, mais également dans celui de l’horticulture qu’il pratique depuis de nombreuses années. Il est entrepreneur de formation et s’est surtout spécialisé dans les petits chantiers, tels que les travaux de rénovation, l’aménagement de clôtures, etc. 
    “Les nouvelles constructions, explique Thierry, je laisse plutôt le soin à mon frère de les faire qui a une entreprise pour cela. En ce qui me concerne, je préfère les travaux de finition.” 
    Et dès qu’il n’a pas de chantier en cours, c’est à l’horticulture que Thierry consacre la plus grosse partie de son temps. 
    “C’est quelque chose que j’ai toujours fait. Ensuite, ma femme a décidé à son tour de se lancer dans cette activité.” 

    18 ans d’expérience

    Aujourd’hui, cela fait près de 18 ans que Thierry Lefèvre et son épouse travaillent dans l’horticulture. 
    Mais leur spécialité reste les palmiers et les conifères. “Ce sont mes plantes préférées, explique Thierry. Au début, je les achetais et puis, petit à petit, j’ai commencé à faire des boutures pour la multiplication.” 
    Le bouturage est quelque chose que Thierry maîtrise parfaitement bien. En effet, il compte près d’une trentaine de variétés de conifères. Chez lui, il a un stock de plus de mille pots. Il a même le conifère citronnelle, très recherché pour ses vertus, un véritable anti-moustique. Dans sa propriété, il en a plus de 100 pots en stock. 
    En plus des conifères, Thierry collectionne également les palmiers. Il en a de tous les modèles et de toutes les tailles. Mais il a une préférence pour les plantes miniatures. Il suffit d’ailleurs de regarder sa collection. 
    Pour les variétés de plantes rares, il n’hésite pas à commander des graines à l’étranger, même si le prix est assez exorbitant. 
    Par exemple, il y a cinq ans, il a acheté un paquet de dix graines d’une plante dont il ne donnera pas le nom. Sur les dix graines, une seule a poussé. 
    “Le paquet m’a coûté 70 000 F, explique Thierry. J’ai des amis qui ont vu la plante et quelqu’un m’en a proposé 150 000 F. J’ai refusé. Je préfère attendre pour ensuite faire des boutures et assurer ma production. Si je rachète des graines, je ne suis pas sûr qu’elles vont pousser. C’est une plante très spéciale.”
    Thierry ne souhaite pas révéler le nom de cette plante parce qu’il travaille dessus depuis cinq ans. “C’est mon secret”, dit-
    il.
    Membre de la fédération Hei Tini Rau i te Hono Tini, présidée par Irène Atu, Thierry Lefèvre vient également de créer sa propre association Taatiraa Tumu Ra’au Marumaru dont l’enregistrement est en cours à la direction de la réglementation du contrôle et de la légalité (DRCL). Il a créé cette association avec des ambitions pour le futur.  

    C.T.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete