Tiare Tahiti, le 5e album de Teiva LC

    mardi 25 août 2015

    Trois ans après son précédent opus, Teiva LC revient sur la scène musicale. Son prochain album, intitulé Tiare Tahiti, sortira officiellement au Japon, le 18 septembre, avant d’arriver à Tahiti dix jours plus tard. Un album de douze titres, combinant reprises d’artistes connus et trois compositions.

    À 37 ans, Teiva LC n’a pas fini de faire parler de lui. Le chanteur local sortira son 5e album, Tiare Tahiti, le 28 septembre, trois ans après la sortie de son précédent opus. L’album sera d’abord disponible au Japon, lieu de sa production, avant d’arriver au fenua.
    Pour la première fois, Teiva LC a choisi de léguer la conception de son disque à un producteur japonais Toru Oishi (lire ci-dessous).
    “J’avais envie de me mettre dans la peau d’un artiste qui ne fait que de la musique et me concentrer sur la partie musicale”, déclare Teiva LC. Chose qui n’avait pas été le cas pour ces quatre albums précédents, où il s’occupait à la fois de la conception et de la promotion de sa musique.
    Pour ce 5e recueil de chansons, Teiva LC a “pris (son) pied” en laissant son manager se charger de toute la production. Ce qui laisse à l’artiste du temps supplémentaire pour gérer son autre activité, le Pink Coconut.

    Des reprises et des compos

    Trois ans après la sortie de son dernier album, Teiva LC revient avec une tracklist composée de reprises et de compositions d’artistes locaux et internationaux. “J’avais envie de faire pas mal de reprises parce que ce sont des morceaux qui plaisent et le public japonais est demandeur”, affirme le chanteur qui souhaite apporter sa marque musicale. “Il y a des morceaux qui ne sont pas dansables. J’ai fait des reprises de façon à les rendre dansables pour les écoles de danse d’ici et là-bas.”
    Ainsi, son 5e album comprend trois compositions d’une Marquisienne, de Raimana Teriierooiterai, et de son oncle Dimmi, qui habite à Paris. Le nom de l’album est inspiré du titre proposé par Raimana Teriierooiterai.
    “C’est avec lui que je travaille depuis que j’ai commencé à sortir les albums en 2006”, explique Teiva LC. “C’est un peu grâce à lui que je suis là.” C’est donc pour remercier son ami que le chanteur aura choisi Tiare Tahiti, également symbole de la Polynésie.
    Le reste de l’album est composé de reprises, de Ah-ky Firuu et Bobby notamment avec Orio te Atua. “Je trouve que les chansons de Bobby sont intemporelles”, affirme Teiva LC.
    Dans son dernier album, le chanteur a également voulu rendre hommage à Barthélémy avec E reo heva teie. Le nouvel opus comprend également des morceaux comme Hallelujah de Jeff Buckley et L’Hymne à l’amour d’Edith Piaf, qu’il avait interprété lors de son passage à The Voice en 2014. “Cette  chanson fait partie d’un tournant de ma carrière, donc il fallait que je la mette”, explique  le chanteur.

    L’expérience The Voice

    En 2014, le chanteur local avait fait sensation en participant à l’émission musicale The Voice en métropole.
    Mais son aventure a pris fin avant d’accéder aux grands live en direct de l’épreuve ultime. Une déception pour son public polynésien, mais aussi pour le chanteur.
    “Quand tu perds dans une émission comme celle-là, tu es obligé d’attendre qu’elle passe à la télévision pour le dire aux gens qui te soutiennent.” Une situation inconfortable qui conduit aujourd’hui Teiva LC à affirmer qu’il ne fera “plus jamais d’émission dans ce style”, bien qu’il l’ait vécu comme une expérience enrichissante. “The Voice m’a énormément apporté, de la technique, de la notoriété.” Mais cela ne s’est pas fait sans difficultés. En effet, en se présentant à l’émission diffusée sur TF1, Teiva LC pensait que le rythme de travail aurait été plus détendu. Que nenni, le chanteur s’est vite aperçu de l’intensité du travail demandé. “Tu entres au studio à 9 heures et quand tu sors de là, il fait nuit.”
    En plus de la pression, il fallait que les candidats soient prêts pour l’enregistrement de l’émission. “Les mecs là-bas n’ont envie que d’une seule chose, c’est de te bouffer”, se rappelle-t-il.
    Si malgré cela, l’ambiance “était au top”, le chanteur avait conscience de la rivalité existante entre les participants. Aujourd’hui, Teiva LC se dit content de ne pas avoir été plus loin dans l’aventure, car cela l’aurait amené à délaisser le Pink Coconut pour quelques mois. “Il y a des salaires à faire tous les mois et pour l’instant, je n’ai personne pour me seconder.”
    Grâce à la musique, Teiva LC peut voyager aux quatre coins du monde. Cette année, il a été en métropole, au Japon et aux États-Unis, et il se prépare à partir au Mexique fin octobre, puis à Hawaii pour se produire en concert. Avant d’être une star de la chanson au fenua, Teiva LC a travaillé sept ans chez Air Tahiti, en tant qu’agent d’opération. Puis il a démissionné de l’agence pour se lancer entièrement dans la musique.
    “Pourtant, j’adorais ce métier”, révèle-t-il. “L’équipe avec laquelle je travaillais était une super famille.” S’il ne regrette pas son choix, le chanteur regrette néanmoins ses rapports avec ses anciens collègues de travail. “Quand tu es patron, tu n’as plus de collègues, tu as juste des employés.” Après sa démission, Teiva LC chantait trois à quatre fois par semaine avant de décider quelques années plus tard d’acheter le restaurant-bar Pink Coconut.  
    “Par le Pink, je voulais accéder à une scène et chanter quand je le voulais.” Depuis, Teiva LC chante au moins une fois par semaine au Pink, quand il n’est pas en tournée. Au sujet de son avenir, le chanteur se voit continuer sa carrière musicale pendant encore 15 à 20 ans. “Je sais que j’ai encore des choses à donner. Je suis encore jeune et j’ai encore de la musique à faire.”

    Nadia Yonker

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete