Habillage fond de site

Tikahiri s’offre des studios anglais de légende

vendredi 2 mars 2018

2584_document

« C’est un rêve qui devient réalité ! » Les yeux des cinq compères de Tikahiri brillent lorsqu’ils évoquent cette nouvelle aventure qui s’offre à eux : enregistrer leur cinquième album dans les studios Real World. Et pour cause, ces studios de légende sont la concrétisation du rêve d’un musicien first class, Peter Gabriel himself, excusez du peu !

Situé près de Box, non loin de Bristol dans la campagne du sud-ouest de l’Angleterre, terre de rock s’il en est, le lieu est simplement magique, au-delà même de ses formidables moyens d’enregistrement, de mixage et de post-production. Réputés mondialement, ces studios ont accueill une pléiade de grands noms : Alicia Keys, Amy Winehouse, Arctic Monkeys, Beyoncé, Björk, Chris De Burgh, Coldplay, Deep Purple, Jay-Z, Massive Attack, New Order, Paul Simon, Placebo, Simple Minds, Tears for Fears et des dizaines d’autres.

Ils offrent une ambiance intérieure cosy, totalement décloisonnée, tout en bois, dans un environnement champêtre, avec un étang et-tout-et-tout ! Ben oui, mais faudra bosser les gars, et même dix heures par jour ! « Ce sont des conditions optimales et sereines », se réjouit d’avance Stéphane Rossoni, qui explique avoir d’abord contacté des studios américains, non seulement pas pressés de répondre, mais en plus aux tarifs prohibitifs. Aucun savoir-vivre. Les Grands-Bretons, pour flegmatiques qu’ils soient, ont tout compris en accueillant les guerriers rock du Pacifique sud, faisant fi des lointaines querelles sauce Jeanne d’Arc. Car Tikahiri est toujours un sacré groupe de rock, efficace, inspiré et énergique, qui risque de faire s’envoler en catastrophe les pov’ canards assoupis sur l’étang de Sir Peter.

Douze titres en préparation

« L’aventure entre nous est toujours top, même après plus de dixans ensemble », explique Aroma Salmon. « On vit notre truc à fond, les live, les rencontres, les festivals comme le Black Woodstock. Tout ce qui anime notre vie autour de la musique, on le vit intensément. »
Les frangins Salmon, Stéphane Rossoni, Mato et Christian Chebret totalement integrés au team, accompagnés de leur manager Christophe Cozette, enregistreront donc leur nouvel opus du 1er au 10 août « in the UK ». Le groupe annonce une douzaine de nouveaux morceaux, pour un album qui devrait sortir à la fin de l’année. Une opération d’un coût estimé entre 2 et 2,5 millions de francs, qui ne peut être menée à bien que grâce au soutien du Pays et de la compagnie Air Tahiti Nui, insiste la bande, toujours en phase de composition.

« Ce sera peut-être un peu plus électro », lâche Aroma Salmon, mais impossible d’en savoir plus, secret-défense. « Notre ADN, c’est la scène », admet Mano Salmon, « et on ne peut pas accèder à la scène sans nouveauté ». Les disques compacts, c’est maxi 1 000 ou 1 500 exemplaires par album pour Tikahiri, et les plateformes musicales sur le web, ça ne nourrit pas encore son Paumotu.

Tikahiri, sur le papier, a pourtant tout pour percer à l’international. Un univers graphique et musical original, dans la veine rock gothic dark wave, une personnalité affirmée, de « vraies gueules » de rockeurs, une présence scénique incontestable, des clips vidéo bien gaulés, etc..

« Des bons groupes de rock, il y en a à la pelle », tranche Aroma Salmon pour qui l’aventure humaine et artistique de Tikahiri est bien plus importante que les lumières souvent trompeuses du show-business. « Avoir des ambitions, ça suppose le soutien d’une major. Si un label veut investir sur une formation, alors ses membres doivent être mobilisés à 120 %, ne s’occuper que de ça. Nous, on a déjà du mal à accorder nos agendas pour répéter. C’est très bien comme ça… »

 

Damien Grivois

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete