Tina Cross contre Engie, le David contre Goliath d’aujourd’hui

    mercredi 15 juin 2016

    Le combat continue entre "David- Cross" contre "Goliath- Engie" (Crédit archives LDT)

    Le combat continue entre « David- Cross » contre « Goliath- Engie » (Crédit archives LDT)

    La joute continue, entre Tina Cross et Nuihau Laurey, sur le très débattu sujet du prix de l’électricité. Alors que le vice-président du Pays souhaite une commission d’enquête, l’élue indépendantiste dénonce “une stratégie de diversion”. Présidente de la commission énergie, elle propose deux projets de résolution alors que le collectif “Unis pour une électricité juste en Polynésie” va porter le fer au-delà de nos frontières.

     

    La réponse de la bergère au loup. Le vice-président de la Polynésie française espère qu’une commission d’enquête sur l’énergie verra bientôt le jour, comme il l’a précisé à nos confrères de Tahiti Infos. Elle aurait pour but de passer à la loupe tous les dossiers du Pays concernant l’énergie. Il a proposé à sa majorité la création de cette commission d’enquête jeudi dernier, majorité composée du gouvernement et du groupe RMA à l’assemblée.
    Tina Cross, élue UPLD, qui porte le combat au sein de l’hémicycle mais également devant l’opinion publique, rejointe depuis peu par le collectif “Unis pour une électricité juste en Polynésie”, né sur Facebook, nous a reçus hier matin, longuement, pour répondre à cette proposition de commission.
    “Une stratégie de diversion, menée par la marionnette d’Engie”, selon elle.
    Ils ne se connaissaient pas mais le 23 mai, Tina Cross a reçu le collectif “Unis pour une électricité juste en Polynésie”.
    “Tous les groupes politiques sont venus les entendre, c’est bien”, précise l’élue, présidente de la commission énergie et équipement de l’assemblée, qui porte le fer contre les prix de l’électricité trop chers, notamment dans le sud de l’île de Tahiti, via le syndicat de communes Secosud, qu’elle a présidé lorsqu’elle était maire.
    Lors d’une autre réunion de travail, appuyée par deux experts qui mettaient en lumière “les surprofits d’EDT de l’ordre de 1,5 milliard de francs par an (non répercutés sur les usagers)”, la commission énergie et équipement qu’elle préside a élaboré deux projets de résolution, “dans les tuyaux de l’assemblée”, que La Dépêche de Tahiti s’est procurés.
    Le premier demande que “la baisse des hydrocarbures soit impactée totalement et non partiellement au niveau des factures d’électricité des familles”.
    Le second “demande au président de l’assemblée de renégocier l’avenant 17 (qui fixe les tarifs, NDLR), sous le contrôle de l’autorité polynésienne de la concurrence”, explique l’élue indépendantiste de l’assemblée.
    “Malheureusement, les membres de la commission, issus de la majorité, ont fait machine arrière, je l’ai donc signé avec l’ancien président de la commission. C’est une démarche consensuelle, une commission d’enquête est plutôt conflictuelle, notre rôle à l’assemblée est de proposer des solutions. Cette commission n’est rien d’autre qu’une stratégie de diversion, élaborée avec Engie”, suppute l’élue.

     

     

    Résolutions présentées le 7 juillet

    Mais surtout, “une commission d’enquête à l’assemblée, en tant que ministre, ce n’est pas à lui de venir dans les plates-bandes, il veut s’immiscer dans son fonctionnement. Où est la séparation des pouvoirs ?”, s’interroge Tina Cross, qui assure ne pas en faire “un problème personnel avec Nuihau Laurey”, mais avoue “de meilleures relations de travail” avec Albert Solia, ministre de l’Équipement, “bien plus respectueux des institutions”, selon elle.
    “Ce n’est pas le ministre, mon adversaire, mais les prix de l’électricité, la corruption, les surprofits d’Engie sur le dos de la population”, poursuit Tina Cross.
    “De plus, il essaye de noyer le poisson du prix de l’électricité dans un fourre-tout de plusieurs sujets. On essaye de faire cesser ce que j’appelle une arnaque et il vient nous couper l’herbe sous le pied avec sa commission”, dit l’ancienne tavana.
    “Quelle sera la posture des élus ? Seront-ils là pour conforter les injustices d’un “monopoleur” ou seront-ils du côté de l’intérêt général ?” s’interroge Tina Cross, pour qui le vice-président “met en péril peut-être sa majorité”. “Il n’a pas le soutien de ses ministres, qu’en est-il de l’assemblée, il suffirait que deux voix votent pour notre projet de résolution pour que sa commission tombe à l’eau”.
    “Une multinationale, son but est clair, c’est de se faire du beurre, mais quand on est élu, on ne l’est pas pour se faire acheter”, lâche Tina Cross, dans la peau de David face à Goliath.  “Ce n’est pas dans mon ADN, EDT a tout fait pour me corrompre”, rappelle l’élue, encore “plus motivée”.
    “Sa commission d’enquête, c’est tout ce que M. Laurey a trouvé pour faire échec à cette dynamique qui est en train de se mettre en place à l’assemblée. Il veut faire le bras de fer, même au sein de l’assemblée”, est convaincue l’élue, bien connue pour son franc-parler.
    Sur le terrain judiciaire le combat est également loin d’être terminé. Comparution pour diffamation le 26 juillet d’un côté, trois recours devant le tribunal administratif de l’autre dans les semaines qui viennent.

     

    Sur le plan pénal, des plaintes devraient également être déposées, mais “il n’est pas évident pour qualifier l’infraction”, pour le moment.
    Les résolutions devraient, quant à elles, être présentées le 7 juillet à l’assemblée, après avoir été étudiées en commission fin mai. Le combat pour une électricité juste, entre “David-Cross” et “Goliath-Engie” ne fait que commencer, mais comme s’amuse à le rappeler Tina Cross, “ce n’est pas Goliath qui gagne à la fin”.

     

    Christophe Cozette

     

     Interview de Yannick, porte-parole du collectif “Unis pour une électricité juste en Polynésie”
    “Nous allons mener le combat contre Engie au niveau national et international”

    “J’ai commencé il y a un an environ, c’était un vrai coup de gueule”, nous a raconté hier cet ex-légionnaire, père d’une famille nombreuse, sous les dettes en raison de la crise économique, et à l’origine de la page Facebook “Unis pour une électricité juste en Polynésie”.
    “Je ne suis rien, juste un porte-parole, le visage Anonymous (qui sert de photo de profil, NDLR), c’est nous tous, les anonymes, ceux qui payent l’électricité trop cher et la sauce a pris”. “Aujourd’hui, sur Facebook, nous sommes 22 780, sans aucune publicité, plus de 2 200 personnes lisent chaque publication. Ce que nous apportons est utile et important, les médias et les politiques nous lisent. Mais ce n’est pas un coup de gueule qui restera lettre morte, c’est une promesse que j’ai faite”, explique l’intéressé, qui a également posté une lettre ouverte aux élus de l’assemblée pour les mettre devant leur responsabilité.
    “Nous allons mener le combat contre Engie au niveau national et international, sur Twitter (#JeSuisContreEDT, #Engie), avec notamment une lettre au patron d’Engie, traduite en anglais car chez les Anglo-saxons, un tel comportement ne passe pas”, poursuit Yannick. “Si la mayonnaise prend à l’étranger, c’est bien. L’ultra-capitalisme dans ce qu’il y a de plus péjoratif d’Engie ne plaît pas, cela risque de faire bouger les journalistes français”.
    Des sphères influentes de Polynésie lui écrivent et promettent de rejoindre le combat du groupe. “La page n’est que la partie immergée de l’iceberg, beaucoup de personnes nous écrivent en privé”, assure Yannick, qui rencontre également dans la vraie vie plein de monde.
    “On n’est pas là pour mettre qui que ce soit contre qui ce soit, mais à un moment, il faut arrêter, on paye depuis tant d’années trop cher notre électricité”.
    Jusqu’où va aller ce collectif ? “Je ne sais pas, il faut poser la question au gouvernement et à Engie”, répond le porte-parole. “On dit stop, on les a pris la main dans le sac avec leurs combines qui durent depuis des années, on fait des propositions aussi, on ne va pas attendre les décisions de justice”. “Jusqu’au bout”, dit la Légion étrangère. Il en sera de même pour une électricité juste en Polynésie, nous assure son porte-parole.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete