Habillage fond de site

Tina Cross remet une charge contre EDT

jeudi 6 avril 2017

tina cross

En cas de victoire lors des prochaines élections locales, l’UPLD promet de prendre un avenant pour que la provision d’EDT Engie serve à réduire la facture des entreprises et des particuliers. (© Florent Collet)


Après l’attribution du marché de l’électricité pour les communes du Syndicat pour l’électrification des communes du sud de Tahiti (Secosud) à EDT Engie, le groupe Union pour la démocratie (UPLD) maintient la pression sur le gouvernement et sur EDT Engie. Hier, Tina Cross, Tony Géros et Richard Tuheiava sont montés au créneau lors d’une conférence de presse qui a tourné autour de cinq points avec un seul et même dénominateur commun : EDT.

• Nomination de Heremoana Maamaatuaiahutapu à l’Énergie

Le remplacement de Nuihau Laurey au ministère de l’Énergie par Heremoana Maamaatuaiahutapu, “le ministre du folklore culturel polynésien et du pas de danse”, comme le qualifie Tony Géros, n’a pas été apprécié par le groupe UPLD, à l’image de son président qui estime que “ce portefeuille relativement important et complexe (est) confié à quelqu’un qui n’a pas vraiment les tenants et les aboutissants de cette matière”. 

Richard Tuheiava détaille : “Ce n’est pas un dossier culturel ou environnemental, nous sommes dans de l’énergie et de la très haute finance en Polynésie française.”

Mais il réfute insinuer qu’il est incompétent : “Simplement compte tenu de l’enjeu actuel et de la sensibilité du sujet, demander à un ministre dont le portefeuille est radicalement différent de venir s’emparer de ce dossier-là, nous paraît plus que surprenant de la part d’Édouard Fritch. Est-ce que l’on n’est pas finalement encore en train de laisser la part belle à EDT ?”, s’interroge l’ancien sénateur. “C’est EDT qui mène la danse avec la complicité du gouvernement.”

Le candidat aux législatives se demande ainsi si le nouveau ministre de l’Énergie aura les épaules pour s’inscrire contre les textes qui font que 17 îles, notamment des Tuamotu et des Marquises, ne profitent pas du fonds de péréquation, augmentant ainsi leur facture d’électricité, un défaut mentionné dans le rapport de l’autorité indépendante, la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

“Il évoque un cadre juridique fragile, car la CRE est diplomate dans ses recommandations, discriminatoire et illicite. Ces recommandations n’ont pas été mises en application. Pourquoi ? Nous poserons la question au gouvernement, Heremoana Maamaatuaiahutapu aura intérêt à être compétent d’ici là.”

Pour Tina Cross, la nomination de Teva Rohfritsch, qui avait déjà exercé dans ce domaine, aurait été plus judicieuse.

 

• Rapport de la commission d’enquête sur l’électricité

Après Heremoana Maamaatuaiahutapu, c’est Antonio Perez qui a fait l’objet des foudres, ou du moins des moqueries, des représentants indépendantistes. Tina Cross et Gilda Vaiho avaient proposé la création, il y a un an, d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur la problématique de l’énergie en Polynésie et le rôle en son sein d’EDT Engie. La majorité avait finalement créé sa propre commission d’enquête présidée par Antonio Perez.

“Il était très engagé mais n’avait que quelques jours de connaissances du dossier et a dû travailler en très peu de temps”, l’excuse Tony Géros avant de rappeler que l’élu du Tapura s’était engagé “à faire en sorte que les résultats de cette commission aboutissent concrètement à la baisse de la tarification de l’électricité en Polynésie. Il a affirmé en juillet 2016, lors d’une réunion de l’assemblée, qu’au terme de la commission, s’il n’arrivait pas à faire baisser d’un franc (la facture électrique, NDLR), il considérerait cela comme un échec personnel”, rappelle Tony Géros, “mais au bout de six mois, il y a un pavé de 300 pages qui a coûté 2,2 millions aux contribuables”. Avant de rire des conclusions du rapport : “Il y a tout ce que l’on sait déjà, j’ai même envie de dire que c’est écrit par EDT Engie.”

Pour Tina Cross cette commission “n’a été qu’un simulacre et un gaspillage d’argent public”.

 

• Plainte pour favoritisme

Les représentants UPLD s’étonnent que huit mois après leur plainte pour délit de favoritisme, la justice n’ait toujours donné aucune suite aux arguments développés par leur camp. “Comment faire si aujourd’hui, on ne peut pas obtenir de la justice qu’elle s’intéresse aux vraies affaires ?”, s’interroge Tony Géros.

L’UPLD reproche à EDT Engie de ne pas avoir répercuté correctement la baisse du prix des hydrocarbures sur le prix de l’électricité et que parallèlement, le gouvernement ait pris une batterie de textes le 23 décembre 2015 lors d’un conseil des ministres alors qu’Édouard Fritch était absent. Des textes qui étaient publiés, selon Tony Géros, pour ne pas obliger EDT Engie à baisser ses tarifs. L’UPLD envisage désormais de faire appel à l’association Anticor, fondée pour lutter contre la corruption et rétablir l’éthique.

 

• Secosud, un enjeu des législatives

“Le tripatouillage politicien” dixit Tina Cross, entre le 10 janvier – date du vote en faveur de Tevarua Nui – et celui du 23 février en faveur de la société Engie, a également été l’objet d’une explication de texte des élus. “Cela a été un enjeu pour les législatives”, explique l’élue UPLD.

Selon elle, Henri Flohr et Dauphin Domingo réconciliés ont donné leurs voix lors du vote à condition qu’Antony Jamet soutienne Nicole Sanquer au lieu de la candidate de Jacquie Graffe. Tina Cross rappelle également qu’EDT Engie a baissé ses tarifs uniquement pour deux ans, “pour calmer l’opinion publique et les électeurs”, alors que Tevarua Nui l’aurait fait pour les 17 années de la concession.

 

Investissements d’EDT Engie

“C’est le pompon, la méga blague”, prévient Tina Cross au sujet du rapport d’EDT Engie présenté en conseil des ministres. “Pour masquer ses bénéfices réels, EDT Engie a provisionné 14,8 milliards et avec cela, ils veulent acheter une centrale à gaz de 40 MW, nous n’en avons pas besoin mais, en plus, cela va à l’encontre du plan de transition énergétique. Le gouvernement a un cap et cette multinationale s’assoit dessus et cela va grossir le monopole de l’énergie dans une seule main.”

L’UPLD a une idée sur l’utilisation de cette provision de 14,8 milliards. Qu’elle soit restituée aux entreprises et se traduise par une diminution des tarifs pour les particuliers.

“L’an prochain, il y aura des élections territoriales. Si l’UPLD gagne, nous allons le faire tout de suite, cela ne va pas être du chalala. Qu’EDT Engie profite bien que le Tapura soit au pouvoir, car si nous avons la majorité, cela va arrêter leurs petites magouilles.”

L’électricité et son coût promettent d’être un thème de campagne phare pour l’UPLD.

 

F.C.

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete