Un total de 65 ans de prison ferme à l’encontre des 20 prévenus

    jeudi 13 avril 2017

    tribunal justice

    Au total, neuf personnes ont été amenées à Nuutania et deux autres sont recherchées pour les y rejoindre. (© Florent Collet)

    C’est le procès “d’un réseau très structuré”, tel que l’a décrit le procureur, qui s’est terminé, hier. Lors d’un réquisitoire de près de deux heures, le procureur de la République a tenté de remettre au clair le rôle et l’implication de chacun des vingt prévenus au sein d’une “organisation sophistiquée” mise en place par celui qui a régulièrement été défini comme le “big boss”, avec l’aide de son “bras droit” devenu “associé” chargé de recruter puis alimenter en jeunes pousses et engrais la dizaine de cultivateurs recrutés.

    De l’autre côté, un chef des ventes, le boss, chargé d’alimenter les semi-grossistes des différents quartiers de Faa’a ayant parfois recours à leurs propres détaillants.

    Un business réfléchi avec des nourrices chargées de stocker et cacher les récoltes, et du paka conditionné et congelé pour “pouvoir garder la mainmise sur le trafic, la concurrence étant rude en matière de stupéfiants”.

    Alors que les gendarmes avaient estimé les bénéfices du trafic à 144 millions de francs concernant la production issue de la Presqu’île et 100 millions pour celle des Raromatai, le procureur a revu ces chiffres à partir des seules déclarations des prévenus durant l’instruction pour souligner l’importance du trafic pour mieux justifier la lourdeur des peines requises.

    Selon lui, le trafic de Tahiti Iti aurait ainsi permis de dégager un bénéfice de 80 millions de francs, celui des Raromatai entre 50 et 80 millions, le “big boss” s’assurant ainsi un revenu de 2 millions par mois.

    C’est contre lui qu’il a requis la plus lourde peine avec sept ans de prison et 30 millions de francs d’amende, cinq ans de prison contre son bras doit et cinq ans contre le boss des vendeurs, six ans contre le chef des cultivateurs des îles Sous-le-Vent et 20 millions d’amende.

    Selon qu’ils soient récidivistes ou pas, les autres prévenus, vendeurs, cultivateurs ou transporteurs, leurs peines requises varient entre trois et quatre ans de prison.

    Un mandat de dépôt ou un mandat d’arrêt pour les absents a également été demandé.

    Au final, ces réquisitions ont été en très grande partie suivies. Le “big boss” écope ainsi de sept ans de prison ferme et 10 millions de francs d’amende, son bras droit de cinq ans de prison, le boss des vendeurs de Faa’a de six ans de prison, le boss des cultivateurs des îles Sous-le-Vent de six ans de prison et 5 millions de francs d’amende.

    Au total, ce sont 65 ans de prison ferme qui ont ainsi été infligés aux 20 prévenus.

    Tous ceux ayant été condamnés à une peine supérieure à deux ans de prison ferme ont été conduits à Nuutania, soit neuf personnes, et un mandat d’arrêt a été délivré contre deux prévenus absents à l’audience.

    F.C.

     

    paka

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete