Habillage fond de site

TOURISME – De bons résultats malgré un marché asiatique en net recul

lundi 15 avril 2019

La croisière continue à soutenir massivement la hausse du tourisme en Polynésie française. Photo DR

La croisière continue à soutenir massivement la hausse du tourisme en Polynésie française. (Photo DR)


On savait que le tourisme était reparti à la hausse en 2018. Une hausse que la Polynésie française doit désormais confirmer les années à venir. Jeudi, l’Institut de la statistique de la Polynésie française a publié les chiffres complets pour l’année dernière en la matière. “En 2018, la Polynésie française a accueilli 216 268 touristes, soit une hausse de 8,7 % par rapport à l’année précédente”, note l’ISPF.

Cette hausse de la fréquentation touristique profite essentiellement à l’hébergement marchand mais concerne aussi le tourisme affinitaire. Elle est alimentée par les marchés américain et européen (y compris France) car les autres marchés sont en retrait. Les nuitées touristiques progressent en lien avec l’évolution du nombre de nuitées terrestres marchandes. La durée moyenne de séjour des touristes hébergés en structure terrestre marchande est inchangée à 21,9 jours (13,3 jours hors France). Le nombre de chambres louées dans les hôtels internationaux reste stable avec un revenu moyen par chambre en hausse. Le trafic aérien international augmente de 10,1 % et le taux de remplissage des avions perd 0,2 point sur un an.

 

La croisière booste les chiffres

 

“La fréquentation de l’hébergement terrestre marchand, qui représente 69 % des touristes, est en hausse (+ 2,8 %) pour la cinquième année consécutive”, poursuit le rapport de l’ISPF. Les effectifs touristiques privilégiant l’hébergement flottant, à savoir les croisières, progressent de 30 % en lien avec la présence du Paul Gauguin sur l’année complète et la réalisation de nouvelles croisières intra polynésiennes par plusieurs bateaux (Maasdam, Ms marina, etc.). Cette forte croissance place l’hébergement flottant comme plus gros contributeur à l’évolution globale pour 5 points, la progression de l’hébergement terrestre marchand y contribuant pour 2 points.

 

L’hôtellerie retrouve le sourire

 

Les effectifs en hébergement terrestre non-marchand progressent aussi très fortement cette année (+ 3 250 personnes). La hausse des effectifs non marchands originaires de métropole (+ 16 %) contribue pour plus 9 points à la progression des effectifs affinitaires.

Après des années à manger son pain noir, le secteur de l’hôtellerie retrouve le sourire. Les chiffres sont en hausse, et se traduisent par un nombre de nuitées accru. Avec une progression de la durée moyenne de séjour (+ 6 % à 12,5 jours), le nombre de nuitées déclarées par la clientèle en hébergement terrestre marchand progresse de 8,9 % en un an (+ 150 000 nuitées).

Ces nuitées consommées supplémentaires concernent principalement les touristes déclarant passer au moins une nuit en petite hôtellerie familiale ou dans des meublés du tourisme. Le nombre des touristes déclarant au moins une nuit en petite hôtellerie familiale a augmenté de 27 % par rapport à 2017 et représente 12 % des effectifs totaux (10 % en 2017). Les effectifs de la clientèle déclarant passer au moins une nuit dans des meublés du tourisme représentent 6 % des effectifs totaux (4 % en 2017) et ont progressé de 52 % sur un an. (…) Au total, le nombre de nuitées touristiques progresse de 13,7 %.

 

L’Europe et l’Amérique tiennent le marché

 

Alors que les discours des années passées étaient tous destinés à la clientèle asiatique, misant sur une hypothétique vague chinoise, il s’avère que ce sont toujours les marchés anciens qui tiennent le haut du pavé.

En 2018, la croissance des effectifs sur les marchés touristiques européens et d’Amérique du nord contribuent pour 10,5 points à la croissance des effectifs globaux. En valeur absolue, la hausse des effectifs américains (+ 8 950 personnes) est la plus importante, mais le marché français (+ 7 650 personnes) connait la plus forte hausse relative, note l’Institut de la statistique. Le marché nord américain progresse de 12 %, la hausse des effectifs flottants y contribue pour 10 points, côté français, la progression est de 18 % et la hausse des effectifs terrestres y contribue pour 16 points.

Le nombre des touristes originaires de l’Europe hors France progresse de 16 % avec un résultat en hausse pour l’ensemble des marchés qui composent cette zone. Les effectifs asiatiques sont en baisse avec la forte contraction du marché japonais (- 22 %) et la baisse du nombre de touristes chinois (- 6 %).

 

LDT

 

• Retrouvez ici l’intégralité du point de conjoncture de l’ISPF : tableau de bord tourisme 2018

 

1 2

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete