Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Tourisme – Les statistiques sont bonnes

lundi 7 août 2017

Fabien Breuilh

“En tant que directeur, je n’ai pas de soucis par rapport à l’indépendance et à la véracité de ces chiffres”, assure Fabien Breuilh, directeur de l’Institut de la statistique de la Polynésie française quant à la parution des chiffres du tourisme. (© Claire Allavena)


Les chiffres du tourisme pour le deuxième trimestre 2017 se maintiennent. Cela fait dix ans que l’Institut de la statistique édite ce rendez-vous qui fait le point sur l’activité touristique en Polynésie. L’occasion de faire le point sur les dessous de cette étude.

Les chiffres pour le deuxième trimestre 2017 sont là et force est de constater que les graphiques sont quasiment linéaires. On note une baisse de 0,9 % des touristes accueillis en Polynésie française, comparé à l’année 2016, soit 7 406 touristes de moins. A contrario, le coefficient moyen de remplissage hôtelier profite d’une hausse de 1,2 point.

Plus de chambres louées synonymes de revenus supplémentaires. Des résultats que Fabien Breuilh, directeur de l’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), souhaite appréhender dans leur globalité.

“Il ne faut pas être trop optimiste, mais il ne faut pas non plus être catastrophiste. Oui, sur 2017, on a une stabilité. Ce qui veut dire que l’on est proche de ce qui s’est passé l’année d’avant. Mais l’année 2016 était une bonne année donc 2017 est une bonne année”, analyse-t-il.

 

Simplifier le suivi de la petite hôtellerie

 

Si certains regrettent que tous les paramètres ne soient pas pris en compte, comme la situation des pensions de famille (lire ci-dessous), le directeur tranche : “Notre travail, c’est de compter. Les touristes, le nombre de francs… Derrière ces chiffres, qui sont bons, bien sûr, il y a des gens qui ne bénéficient pas de ces bons résultats. Mais en moyenne, c’est une bonne année ! Et puis, les États-Unis vont mieux, c’est cela qui nous porte. Donc, s’il n’y a pas de bouleversement majeur, on devrait conserver ces chiffres.”

Un bilan linéaire mais positif qui tient en quelques données : comparé à mai 2016, mai 2017 a vu 1 044 touristes de plus, soit un total de 16 782 touristes débarqués à Tahiti-Faa’a.

Les nuitées à terre ont compensé l’absence de certains bateaux, comme le Paul-Gauguin qui était en carénage. Plus 2 700 personnes en hébergement terrestre ont compensé plus de 80 % de la diminution des effectifs en hébergement flottant. Des données qui amènent à se pencher sur un point phare de ce bilan : le coefficient moyen de remplissage de l’hôtellerie internationale qui atteint les 73,9 %.

“Nos deux problématiques, ici, ce sont les transports et l’hébergement”, analyse Fabien Breuilh. “Ce qui fait que les touristes viennent en Polynésie française, c’est la communication qui est faite sur nos îles. Quand on a des taux de remplissage très importants, la stratégie qui devrait découler derrière, c’est de faire d’autres hôtels, pour augmenter le réceptif hôtelier.”

Un constat qui soulève une question charnière : qu’en est-il des pensions de famille ? “C’est un produit qui n’est pas standardisé, donc difficile à analyser. Lors de la prochaine session à l’assemblée de la Polynésie française, on se penchera sur une réglementation pour essayer de simplifier le suivi de la petite hôtellerie (pensions de famille) et de la location de chambres qui est en vogue. Car sans chiffres, c’est dur de faire des statistiques.”

En tout cas, une chose est sûre, Bora Bora fait toujours rêver. À elle seule, la destination cumule 33 % des nuitées consommées en Polynésie.

Claire Allavena

 

stat recensement petite hôtellerie airbnb

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete