Habillage fond de site

Un trafic d’ice jugé en octobre

mercredi 9 août 2017

tribunal

Le dossier sur un trafic d’ice a été renvoyé en octobre. Il devra faire la lumière sur la responsabilité des uns et des autres dans cette affaire. (© Bertrand Prévost)

En raison des vacances de certains avocats, plusieurs dossiers ont été renvoyés hier au 12 octobre au tribunal correctionnel de Papeete. Ces dossiers concernaient tous des prévenus maintenus en détention provisoire.

Le premier concerne un trafic d’ice mis en place entre les États-Unis et la Polynésie française. Dans cette affaire, un jeune homme, déjà incarcéré pour douze ans après son jugement dans une autre affaire d’ice, était présent à côté de celle qui semble être la fournisseuse de ce trafic. Une Américaine, mariée, mère d’une petite fille de 6 ans, et dont le père purge aux États-Unis une lourde peine de prison pour, lui aussi, trafic d’ice. C’est cette dernière qui aurait fourni un téléphone portable et mis en place les envois de colis.

Une affirmation que la jeune femme a démentie lors de la procédure judiciaire, rejetant la responsabilité sur le jeune Polynésien.

Dans ce dossier, le frère du premier prévenu comparaissait libre, sous contrôle judiciaire, pour avoir fait le guet dans l’un des hôtels de la côte ouest lors des transactions.
La quantité de drogue saisie le jour de l’interpellation des trois personnes était alors de 195 grammes d’ice.

L’étude de ce dossier en octobre devra faire la lumière sur la responsabilité des uns et des autres dans ce trafic.

Dans un autre dossier renvoyé, un homme de 73 ans, menottes aux poignets, comparaissait hier pour des faits de prostitution sur des jeunes filles mineures de moins de 15 ans.

L’affaire a débuté après deux signalements d’un collège concernant un homme qui s’approchait des fillettes à la sortie de l’établissement. Ce dernier leur proposait de le rejoindre pour des rapports sexuels tarifés. Hier encore, avant l’étude sur le fond du dossier en octobre, il clamait vainement sa bonne foi.

“Je ne savais pas qu’elles avaient moins de 15 ans”, s’est-il expliqué sans convaincre le tribunal. Quatre filles dont trois avec qui il a eu des rapports sexuels et une qu’il a tentée en vain de convaincre à grand renfort d’argent et de caresses, se sont portées partie civile.

Ces jeunes filles participaient occasionnellement à des tâches ménagères chez lui. Des photos et des vidéos auraient été prises avec le téléphone portable du fils de l’accusé. Selon l’enquête, une jeune fille aurait même servi de rabatteuse pour lui.

Malgré son âge, l’homme de 73 ans a été maintenu en détention provisoire jusqu’au jour de son procès pour éviter qu’il ne tente d’entrer en contact avec les victimes, ou tente de les influencer.

    
Compte-rendu d’audience Bertrand Prévost

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete