Transport maritime – Un ferry pour Maupiti

    vendredi 7 octobre 2016

    ferry

    Le Tunofærgen, un petit ferry danois qui pourrait vivre une seconde vie de caboteur entre Tahiti, Raiatea, Bora Bora et Maupiti. (Photo : DR)

     

    Sera-t-il le sauveur de Maupiti ? Pratiquement isolée du monde depuis 2013 et l’arrêt de la desserte par le Maupiti Express de Gérard Sachet, l’île n’est approvisionnée que par la flottille administrative du Pays, une fois par mois. Mais Luke*, depuis quatre ans, veut desservir Maupiti et ses 1 500 habitants avec un petit ferry, comme il l’a révélé à nos confrères de Tahiti Infos.

     

    Ce sont des gens qui traversent l’océan pour pouvoir aller à Bora Bora acheter ce qu’il leur faut, ils risquent leur vie pour une bouteille de gaz et ils se font assassiner par la gendarmerie parce que c’est dangereux. Ils sont pris en otage.” Le Tunofærgen est un ferry danois de 30 mètres de long, construit en 1993. Il peut embarquer 200 passagers et neuf véhicules.

    Il dessert la petite île de Tuno, au Danemark, mais il est à vendre, et Luke rêve de le voir naviguer en Polynésie, rebaptisé du nom de la passe de Maupiti, Onoiau. Luke détient son brevet de capitaine ainsi qu’une qualification de chef mécanicien. Il a 54 ans et compte 22 ans de navigation.

     

    Un projet à 100 millions de francs

     

    Cette société démarrera l’année prochaine, affirme Luke. Le bateau devra être passé sous pavillon français, il y a des normes françaises à mettre en place, après quoi, je pourrai obtenir l’autorisation de quitter le Danemark. Le coût pour acheter le navire, effectuer diverses démarches et des achats, et faire démarrer la société, c’est 100 millions.

    Une belle somme, d’autant qu’un bateau de plus de dix ans n’est pas éligible à la défiscalisation. Mais Luke a déjà un apport personnel et au moins une banque qui le suit, dit-il. Il envisage d’engager cinq membres d’équipage et deux employés de bureau. À la direction des affaires maritimes, on s’interroge sur la faisabilité et la rentabilité du projet, compte tenu du parcours administratif et des sommes en jeu.

    Mais Luke dit être en train de faire sa demande auprès du gouvernement, même si ses explications sur les démarches ne sont pas toujours limpides. “Je veux faire la ligne Papeete-Raiatea, et obtenir une dérogation, pour pouvoir toucher Bora Bora et Maupiti. La rotation complète prendrait quatre jours. La prochaine étape, c’est d’obtenir la licence d’armateur, c’est en cours et je dois déposer le dossier devant le conseil des ministres. Je pense que, le mois prochain, ce sera fait.

    Luke craint que les armateurs polynésiens ne s’opposent à son projet : “Couper une part de plus dans un gâteau, ça va pas leur plaire, c’est évident.” “On peut lui souhaiter beaucoup de courage”, dit Ethode Rey, président de la confédération des armateurs. “Mais je n’y crois pas beaucoup. Il y a également le problème de la passe de Maupiti, qui n’est pas facile. Non, je n’y crois pas du tout.

     

    LDT
    *prénom d’emprunt

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete