Habillage fond de site

Transport en commun par navettes lagonaires, par tram aérien : des options négligées

vendredi 29 décembre 2017

Des navettes maritimes seraient, aux heures de pointe, forcément plus rapides que n’importe quel moyen de transport terrestre. Pour intéresser un maximum d’usagers, elles doivent être abordables et surtout débarquer leurs passagers en plein centre-ville. (© Compagnie Maritime Riviera Lines)

Des navettes maritimes seraient, aux heures de pointe, forcément plus rapides que n’importe quel moyen de transport terrestre. Pour intéresser un maximum d’usagers, elles doivent être abordables et surtout débarquer leurs passagers en plein centre-ville. (© Compagnie Maritime Riviera Lines)


Les transports terrestres, handicapés par le manque de foncier, sont englués. Une solution se trouve là, sous notre nez : le lagon nous tend les bras. Pas de route à construire, mais des navettes lagonaires rapides à mettre en place depuis Mahina et Punaauia, avec débarquement des passagers en plein centre-ville à Papeete. Un investisseur propose une route api à péage partant de Fare Ute, longeant la digue ouest du Port, traversant en tunnel immergé la passe puis rejoignant l’aéroport par un pont traversant le chenal de Faa’a, soit 9 km.

Question à 100 francs : est-il préférable de passer plus de deux heures dans les bouchons pour se rendre à Papeete ou gagner la capitale en 30 minutes environ sans énervement, ni perte de temps ?

La logique du tout-voiture a tellement imprégné Tahiti qu’on ne voit pas qu’une solution pourtant évidente existe : le lagon. Imaginons deux quais d’embarquement, l’un à Punaauia par exemple aux environs du PK 15, l’autre à Mahina entre le Tahara’a et la Pointe Vénus. Les usagers laissent leur véhicule dans un parking, si possible une structure à étages capable d’accueillir rapidement plusieurs centaines de véhicules.

Gardés et sécurisés en permanence, ces parkings largement dimensionnés se situent à proximité immédiate du quai d’embarquement. Le tarif de stationnement à la journée doit être modique, et le prix du transfert vers Papeete être égal ou inférieur à ce que coûterait un déplacement en automobile.

Une politique d’abonnement à tarifs dégressifs avec des cahiers de tickets permet de limiter les opérations d’achat au guichet. Des navettes lagonaires d’une capacité d’environ 80 passagers chacune, deux pour la côte ouest et deux autres pour la côte est, assurent un transport rapide en 30 minutes environ avec débarquement en plein cœur de la capitale.

Elles fonctionnent en continu du lever du jour au coucher du soleil, à raison d’une navette toutes les demi-heures. Le système est parfaitement évolutif et adaptable, rien n’empêche d’ajouter un troisième bateau pour augmenter la capacité de transport et le nombre d’allers-retours. L’investissement, à comparer avec le coût exorbitant des routes, comprend une large voie de circulation entre la route de ceinture et le parking, sa réalisation, le parking lui-même probablement à étages, le quai fixe ou flottant et les navettes lagonaires que sont parfaitement capables de construire les chantiers navals locaux.

L’emprise foncière reste minimale comparée à un projet routier. Le fonctionnement inclut le personnel de bord des navettes, le carburant, les assurances, le gardiennage des parkings, l’entretien des bateaux et des quais. Il y aurait sans doute quelques jours dans l’année durant lesquels l’état de la mer ou du lagon limiterait ou empêcherait la navigation. Une objection qui reste mineure face à un principe réellement capable de désengorger le trafic routier. De toutes les options, celle-ci est probablement la moins coûteuse, la plus rapide à mettre en place et la plus évolutive. 

Une route entre Vaitupa et Fare Ute ?

route Vaitupa fare Ute

La rocade lagonaire proposée par la SA Te Ara Moana est un projet “de protection maritime et de voie de contournement”. Le tracé, depuis le carrefour de Heiri à Faa’a, contourne l’aéroport côté mer et assure une desserte des zones sud puis nord.

“L’emprise de cette dernière est portée à 32 hectares permettant des aménagements de la nouvelle plate-forme aéroportuaire, a expliqué à La Dépêche Jean-Louis Chailly, le PDG de la société, la route franchit ensuite le chenal de Faa’a par un pont à destination du récif à l’ouest de la passe d’entrée dans le port de Papeete, puis la passe de Papeete grâce un tunnel immergé de 400 m encastré dans le socle corallien.”

La voie longe ensuite la digue de Motu Uta jusqu’au pont actuel, qui devrait être élargi à deux fois voies, tout comme la voie jusqu’au giratoire de la base marine, selon le promoteur. Le projet ne concerne que des terrains publics et n’exigerait donc aucune expropriation.

Il permet de protéger les zones sensibles, et en particulier les infrastructures stratégiques et notamment la plate-forme aéroportuaire de Faa’a, des effets de la montée des eaux en constituant une digue de protection contre la propagation de la houle.

Cette idée permettrait de désengorger les voiries de Papeete, mais aussi d’éviter la circulation de nombreux poids lourds à travers Papeete et Faa’a. Mais elle présente aussi d’autres avantages, selon la SA Te Ara Moana. D’abord accroître et optimiser l’utilisation des surfaces disponibles pour adapter la plate-forme aéroportuaire au trafic nécessaire au développement de l’activité touristique, en rendant possible le recalage du seuil et l’accueil des gros-porteurs, la création d’un taxiway.

Également acheminer les hydrocarbures par pipeline et valoriser le motu Tahiri. Ensuite relier les principales infrastructures que sont l’aéroport et le port, voire l’hôpital de Taaone à terme. Enfin desservir les infrastructures du complexe touristique de Tata’a Beach, tout en créant de nouvelles zones d’accès à la mer.

Système de péage Le budget total est estimé à 40 milliards de francs, dont 26 milliards pour l’itinéraire routier en concession (inclus le contournement en bout de piste) et 8 milliards pour les ouvrages de protection contre la montée des eaux et les remblais. Le Pays aurait à sa charge 6 milliards pour le réaménagement des voies existantes.

Le système de péage rapporterait au concessionnaire 1,8 milliard de francs par an, selon ses prévisions. “La société Te Ara Moana est concessionnaire pressenti depuis 1996, le projet a fait l’objet d’une validation technique par Scetauroute, une filiale d’Egis, pour le compte du Pays”, précise son PDG Jean-Louis Chailly. Il assure que les études d’impact (trafic, maritime, ethnologique…) ont été réalisées et que le projet de contrat de concession et son cahier des charges ont été élaborés par les conseils juridiques du Pays.

La Polynésie et les établissements directement concernés (port, aéroport) assurent déjà la maîtrise foncière de l’emprise concernée. Selon la SA Te Ara Moana, la mise en place des financements (dont la défiscalisation métropolitaine) a été réalisée en cette fin d’année 2017. Jean-Louis Chailly estime que les travaux pourraient débuter janvier 2018 pour une mise en exploitation à la mi-2020. L’objectif de la société, déjà porteuse de la Route du sud, est “d’assurer une cohérence aux différents projets réalisés et à réaliser en créant à terme une liaison interurbaine rapide continue et homogène séparée des voies de desserte locale entre Papeete et Taravao par la côte ouest”.

Damien Grivois

tram aérien

transport Tahiti

 

Réactions

Tauraa, de Teahupoo : « Cette idée de navettes par le lagon m’intéresse beaucoup »

« Moi je suis du district. De Teahupoo. Ca n’est pas tous les jours qu’on vient à Papeete, disons environ une à deux fois par semaine. Je me retrouve dans les bouchons le matin et je perds beaucoup de temps à cause de ça. Alors tu es obligé de t’organiser, de prévoir une bouteille thermos dans la voiture, parce que tu sais que ça va être long. Ah oui, cette idée de navettes par le lagon, ça m’intéresse beaucoup, c’est vrai que le lagon est libre. Alors notre gouvernement là, qu’est-ce qu’ils font ? Si je n’ai pas besoin de ma camionnette pour transporter du matériel, alors je pourrais la laisser au parking à Punaauia pour prendre la navette et arriver rapidement en ville sans être bloqué dans la circulation. L’idée de monorail ou de tram aérien, au-dessus de la circulation, je trouve que c’est bien aussi. Je crois que le problème à Papeete, le problème c’est quand il y a école aussi. C’est l’école qui finit d’abord, puis ensuite le travail. Hé ben là tout le monde veut rentrer et sortir au même moment en ville, c’est pour ça que c’est bloqué ! Les embouteillages sont un gros problème. Ca embête tout le monde, et tous les jours, ah ça oui. »

 

 

Franck, de Pirae

« Le lagon, efficace pour les gens qui travaillent en ville »

« Je trouve que la circulation s’est un peu améliorée, sauf qu’il y a des nouveaux feux tricolores qui sont inutiles, et qu’il y a certains chemins en très mauvais état. Moi, je roule en scooter, comme ça je ne suis pas bloqué dans les embouteillages. C’est tant mieux parce que moi, franchement, je ne supporterais pas ! Je pense que l’idée des navettes serait efficace pour les gens qui travaillent en ville. Si on utilise le lagon, il faut développer des parkings, c’est ça le problème, il faut des parkings près des quais d’embarquement. Après, il y aura un coût, et puis les usagers devront s’adapter aux horaires contraignants. C’est vrai que le coût sera sans doute inférieur à des travaux routiers, surtout qu’ici ils construisent, ils cassent, ils reconstruisent ! Ils ont fait le système néo-zélandais avec des ronds-points, ils ont vu que ça ne marchait pas, ils ont refait un autre système comme au niveau du carrefour du Pacifique. Le tram aérien ou le monorail au-dessus de la route, je trouve que c’est une bonne idée, et puis ça présente l’avantage d’être climatisé. Mais là aussi, il faut évaluer le coût, on est une petite île. Je sais que ça marche bien à Sydney. Mais les bouchons aussi ont un coût. Il faudrait conduire une étude pour voir combien les gens perdent en argent et en temps. »

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete