Transports publics : réinventer la roue

    mardi 19 juillet 2016

    À gauche, l’ancien réseau : beaucoup de lignes peu fréquentes. À droite, un réseau hiérarchisé  et structuré en peigne, à fortes fréquences sur la route de ceinture. Le futur visage des transports en commun polynésiens ? (Photo : DR)

    À gauche, l’ancien réseau : beaucoup de lignes peu fréquentes. À droite, un réseau hiérarchisé et structuré en peigne, à fortes fréquences sur la route de ceinture. Le futur visage des transports en commun polynésiens ? (Photo : DR)


    CESC – Les conseillers examinent le schéma directeur ce matin

     

    Le conseil économique, social et culturel (CESC) examine ce matin (avec un bon trimestre de retard) le “schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables de l’île de Tahiti”. 

    Un plan d’actions étalées sur 20 ans, “pragmatique et ambitieux,” qui devrait permettre à 15 000 nouvelles personnes de prendre le bus près de leur domicile en proposant un nouveau plan du réseau.

    En 2030, 33 % d’usagers supplémentaires emprunteront les transports publics. Il aura fallu un an et demi d’études par le groupement Egis/Systra/Pae Tai Pae Uta, en concertation avec des représentants de l’État, des communes et des usagers, pour analyser l’ensemble des déplacements et aboutir à ce rapport.

    Sans surprise, il conclut à la congestion des réseaux, l’absence d’aménagements facilitant la circulation des bus, et l’insuffisance des moyens alloués aux transports publics.

    Sans surprise non plus, il préconise d’augmenter les fréquences, d’améliorer la desserte de proximité, et de diversifier la flotte de véhicules.

    Le plan présenté au CESC avant d’être transmis à l’assemblée est décomposé en quatre axes. Le premier est de mieux répondre aux besoins de la population : d’abord en structurant une offre attractive, puis en construisant une offre de forte capacité, en premier lieu au sein du centre-ville de Papeete. Le transport des scolaires et des personnes à mobilité réduite a également été examiné.

    Le second axe est la réalisation des aménagements nécessaires : arrêts, voirie (avec des zones de retournement pour les véhicules, mais le foncier ne permet pas la création de couloirs dédiés), parkings pour les voitures particulières.

    À plus long terme, le schéma envisage la création d’un transport en commun spécifique à la zone urbaine, de Punaauia à Arue.

    Troisième axe, faciliter l’usage du transport public. Pour cela, il faudra investir dans des véhicules “adaptés aux différentes zones,” par exemple des minibus pour les zones escarpées. Il faudra aussi créer une “tarification incitative” et améliorer l’information.

    Enfin, quatrième et dernier axe, la programmation, le suivi et l’accompagnement, notamment en assurant un financement pérenne et une meilleure coordination entre les collectivités publiques.

    Ce schéma doit servir de base au renouvellement de la délégation de service public actuelle, qui s’achève à la fin de l’année.

     

    C.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete