Travaux – Berges de la Taharu’u : le maire s’oppose au transfert des agrégats à Faratea

    samedi 13 février 2016

    La deuxième tranche des travaux de réhabilitation des berges de la Taharu’u à Papara a repris cette semaine. Le maire de la commune, Puta’i Ta’ae, s’est opposé dès le début au transfert des agrégats prélevés dans le lit la rivière vers la zone de Faratea, à Taravao.
    Or, les riverains l’ont informé de mouvements de camions, semble-t-il vers Faratea. Selon Claudine Tuarau, présidente de l’association Ia Ora Taharu’u, l’information le transfert d’agrégats a été confirmée par le conducteur des travaux du chantier, mais également un agent de l’équipement.
    “J’ai eu confirmation auprès du conducteur des travaux de l’entreprise Boyer, mais également d’un contrôleur de l’équipement, explique Claudine Tuarau. C’est à ce moment-là que le maire a dit non. Pas un seul caillou ne sort de Taharu’u.”
    Depuis cette intervention auprès des instances du Pays, plus aucun matériau n’est sorti de la Taharu’u.

    Rencontre avec le président du Pays

    Vendredi matin, les riverains, ainsi que les membres du comité de suivi et l’association Ia Ora Taharu’u, se sont réunis à l’embouchure de la rivière pour une rencontre avec la presse, mais également pour manifester leur inquiétude.
    Au cours de cette rencontre, les riverains ont émis le souhait d’organiser une entrevue avec le maire de Papara et le président du Pays pour parler de l’avenir de la Taharu’u.
    En ce qui concerne la deuxième tranche des travaux, tout le monde souhaiterait que le Pays annule l’arrêté autorisant la réalisation des bassins dégraveurs.
    “Avec ça, plus aucun matériau n’arrive à l’embouchure et cela va provoquer la disparition de la plage de surf, explique un riverain inquiet. Il faut arrêter tout ça. Il y va de l’avenir de la Taharu’u.”
    Ce matin, le comité de suivi doit se réunir à la mairie de Papara. Nul doute que les débats seront particulièrement houleux puisque tout le monde, y compris le maire de Papara, regrette que les instances du Pays prennent des décisions sans les consulter. “C’est toujours le manque de communication et de transparence que nous regrettons dans cette affaire, poursuit Claudine Tuarau. Le Pays a démarré les travaux de la seconde tranche auxquels on s’attendait, mais le maire n’était pas du tout au courant du début des travaux, le comité de suivi encore moins et on apprend par des habitants du quartier les mouvements de camions. C’est toujours le même mode fonctionnement.”
    Aujourd’hui, les travaux continuent dans le lit de la Taharu’u. Les camions n’ont transféré aucun matériau jusqu’à nouvel ordre.

    C.T.

    Lire aussi nos interviews dans La Dépêche de Tahiti ou en vous abonnant au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete