Habillage fond de site

Des travaux en montagne pour en finir avec les coupures d’eau à Mahina

lundi 16 janvier 2017

travaux eau coupure

Sur les hauteurs de Mahinarama, les équipes de la régie de l’eau travaillent au dédoublement de la canalisation du captage. (© Jean-Luc Massinon)

 

 

Après la pose de réducteurs de pression dans les lotissements de Mahinarama, la commune lance le chantier de dédoublement de la conduite au captage des 1 000 sources, pour augmenter le débit. Un programme de recherche de fuites va reprendre en février, avant une recherche de financement pour des rénovations plus conséquentes sur les secteurs problématiques. Pour répondre à la lassitude des résidents, le tavana s’engage à suspendre les coupures à partir du mois de mai.

 

 

Le matériel a été déposé par hélicoptère à plus de 850 mètres d’altitude et, désormais, c’est à la force des bras que les équipes de la régie de l’eau ont attaqué le chantier du dédoublement de la canalisation du captage des 1 000 sources.

Confrontée depuis des mois à d’énormes problèmes d’approvisionnement des bassins du lotissement de Marama nui — uniquement alimenté par les hauteurs —, la commune de Mahina met les bouchées doubles pour rétablir la situation et calmer la colère des riverains.

Les plus de 500 foyers des différents lotissements ont dû supporter durant des mois des coupures d’eau.

Et face aux fuites incessantes et casses de tuyaux sur ce réseau vieillissant, la régie de l’eau a même été contrainte d’interrompre la distribution durant la nuit afin de remplir à grand-peine un des trois réservoirs.

La pose d’hydrostabs pour faire baisser la pression, les interventions de colmatage et la maîtrise du labyrinthe de distribution permet aujourd’hui de limiter les restrictions. Mais la situation n’est pas encore satisfaisante.

 

Autant d’air que d’eau

 

Sans écarter du pillage pour l’instant indétectable et des actes de malveillance, la mairie tourne les yeux vers le captage où le débit est un peu en deçà.
Actuellement à 9 litres par seconde, il est efficient à 11 litres secondes.

Sur le sentier des 1 000 sources, la situation est encore compliquée. Les éboulements éprouvent l’unique conduite qui court depuis le captage jusqu’aux bassins. Mais comme pour l’heure il n’est pas encore question de remplacer entièrement les 7 kilomètres de canalisation, la régie de l’eau s’est focalisée sur des points faibles.

Et peu avant le captage, les équipes se sont aperçues que le brusque décrochement de dénivelé ne permet pas à l’eau (qui quitte son point de départ en pente douce) de remplir entièrement la canalisation.

Pire, cette dépression a pour effet d’aspirer l’air extérieur par les moindres aspérités des colliers de raccordement.

Résultat, il y a presqu’autant d’air que d’eau. L’installation de ventouse triple fonction minimise le phénomène, mais ce n’est toujours pas suffisant.

Alors, pour pallier ce problème physique, il a été décidé de dédoubler les premiers 400 mètres de la conduite (au départ du captage) afin d’apporter d’avantage d’eau.

 

Chantier à flanc de falaise

 

Avec moins d’air, le débit devrait s’en porter mieux. Et de l’eau, ce n’est pas ce qui manque là-haut. Au bassin du captage, un excédent d’eau, limpide et fraîche, part dans la nature. Cela fait peine à voir. L’idée est de canaliser cette eau perdue.

Mais l’exercice est plus facile à dire qu’à faire. Sous les ordres de Castel Teauroa, le responsable d’exploitation, les équipes ont transporté les centaines de kilos de tuyaux de 100 mm et de 75 mm sur le parcours.

Les tronçons de 50 mètres de polyéthylène sont tractés par véhicule. Mais la voie n’est pas royale. Le chemin se transforme rapidement en simple sentier où l’homme peine à se mouvoir à flanc de falaise.

Et comme si ce danger de circuler n’était pas suffisant, une cascade coupe l’étroite corniche sur deux ou trois mètres. Une chute, là, serait fatale.

Aussi la régie de l’eau va donc se faire assister par des sapeurs-pompiers de la commune le temps d’installer en toute sécurité la nouvelle conduite.

Avec six travailleurs sur place, le chantier devrait être terminé dans une semaine, si la météo ne vient pas perturber les plans.

Il restera à renforcer un tronçon de 100 mètres en amont des réservoirs, où la configuration de la falaise rend le transport de l’eau acrobatique et aérien. L’augmentation présagée de la pression mettrait à dure épreuve la conduite actuelle.

L’amélioration de l’approvisionnement devrait être constatée après l’ensemble de ces travaux. La commune s’engage à arrêter les coupures d’eau à partir de mai.

J.-L.M.

 

Capture d’écran 2017-01-16 à 09.17.50

 

 

 

 

71
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete