Trésors de Tahiti attend l’aide de l’État

    vendredi 23 juin 2017

    L’équipage de Trésors de Tahiti se prépare depuis de longs mois mais attend toujours la subvention de l’État. (© Photo : archives sports)

    L’équipage de Trésors de Tahiti se prépare depuis de longs mois mais attend toujours la subvention de l’État. (© Photo : archives sports)

    La nouvelle est tombée comme un mât qui s’effondre sur le pont d’un voilier : Trésors de Tahiti risque de ne pas bénéficier de subvention de l’État pour réaliser… le Tour de France à la voile ! Actuellement en métropole, une partie de l’équipe tahitienne s’est en effet rendue, courant juin, au ministère de l’Outre-mer à Paris pour solliciter les fonds nécessaires au bouclage du financement. Mais ils en sont ressortis bredouille. “Nous avons reçu mercredi soir un coup de fil nous annonçant que le budget qui avait été promis ne sera pas versé et que l’on touchera zéro euro.

    On nous a dit que notre demande de subvention déposée au mois de décembre 2016 auprès du haut-commissariat à Papeete avait été perdue, et que le temps que le dossier soit redéposé, il n’y avait plus de crédit”, explique Teva Plichart. “Aujourd’hui cela met plus qu’en péril le projet puisqu’on ne peut pas se permettre de faire le Tour de France à la voile dans ces conditions-là à quinze jours du départ”, ajoute le skipper de l’équipage tahitien.

    Il manque en effet à l’association Tahiti Élite Voile environ 8,5 millions de francs pour boucler le budget minimal nécessaire à l’inscription au Tour, à l’achat des voiles, l’hébergement et la restauration, cela pour sept personnes pendant 25 jours de régates de Dunkerque à Nice.

     

    Six millions l’an dernier, rien cette année

     

    “On nous avait dit que si le Pays nous aidait, l’État nous aiderait. Or le Pays vient de nous attribuer sa part de subvention de 12 millions (voir encadré, NDLR), mais on n’a encore rien reçu de l’État. L’an dernier, il nous avait aidé à hauteur de six millions, et cette année on espérait avoir au moins autant”, conclut le directeur d’équipe. Pour autant, tout n’est peut-être pas perdu pour les régatiers tahitiens puisque du côté du Haut-commissariat, contacté hier par téléphone, l’on indiquait que la période de changement ces dernières semaines dans les différents services de l’État suite aux récentes élections pouvait expliquer cette situation.

    “La présence à Paris du président du Pays ainsi que des députés polynésiens (parmi lesquels la ministre des Sports, NDLR) pourrait jouer en notre faveur s’ils réussissent à plaider notre cause”, espère tout de même Emmanuel Versace. Édouard Fritch a en effet été reçu hier à Matignon par le Premier ministre Édouard Philippe (voir page 16). Un coup de pouce serait donc bienvenu pour qu’un vent d’espoir souffle à nouveau dans les voiles de Trésors de Tahiti autour des côtes françaises du 7 au 30 juillet.

    Sans quoi, Tahiti Élite Voile pourrait se voir obliger de vendre ses bateaux Diam24 pour pallier au manque de financement, qui manqueraient alors cruellement au développement de la voile de haut niveau en Polynésie française.

     

    Jean-Marc Monnier

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete