Trésors de Tahiti prêt pour la Méditerranée

    mercredi 20 juillet 2016

    L’équipage de Trésors de Tahiti va renouer avec la compétition aujourd’hui après quelques jours  de repos. (Photo : DR)

    L’équipage de Trésors de Tahiti va renouer avec la compétition aujourd’hui après quelques jours de repos. (Photo : DR)


    Voile – Tour de France 2016

     

    Après quatre actes disputés en Manche et en Atlantique, le Tour de France à la Voile a migré en Méditerranée. Bien arrivée à Roses, l’équipe de Trésors de Tahiti a profité de la grande transhumance vers le sud pour récupérer un flotteur tout neuf et le décorer aux couleurs du projet.

    Un joli travail contre-la-montre réalisé par les préparateurs Manuarii Poulain et Tanguy Cortier. L’un Tahitien, l’autre Lyonnais, les deux amis de fac se sont rencontrés sur les bancs de l’université de Nantes et se complètent à merveille. Rencontre avec ces hommes de l’ombre à travers l’interview de Manuarii Poulain.

     

    Manuarii, peux-tu nous présenter ton parcours ?

    “Je sors d’un bac S à Tahiti, puis je suis venu à Nantes faire un DUT en sciences et génie des matériaux ensuite j’ai fait une licence pro en spécialisation composite et en alternance chez Airbus à Nantes.

    A la sortie de mes études, je me suis mis à mon compte dans la préparation des bateaux. Cette année, j’ai travaillé pour le Class40 Solidaire en peloton de Thibaut Vauchel et pour Actual d’Yves Le Blevec.”

     

    Comment es-tu arrivé sur ce projet ?

    “J’ai entendu parler du projet Diam 24 de Teva Plichart et d’Emmanuel Versace sur Facebook. Du coup, j’ai pris tout de suite contact avec eux. Le projet était encore à l’état d’embryon. Donc nous avons eu le temps de nous rencontrer sur une étape du Tour 2015.

    Je ne connaissais Teva que de nom et aucunement Emmanuel. Je pensais que le projet était très amateur, un projet entre potes si bien que je pensais proposer mes services comme bénévole. En discutant avec eux, ils m’ont fait comprendre que cela allait être un projet très sérieux.

    Ce que j’ai rapidement  compris puisqu’ils ne viennent pas sur le Tour pour gagner le classement amateur, ils ont un réel objectif sportif et social derrière. C’est un projet qui me tient particulièrement à cœur.

    Je suis ravi de faire partie de cette aventure et de porter les couleurs du fenua, de soutenir les valeurs d’un peuple qui est le mien et de mettre en avant notre culture et notre façon de vivre. J’en suis fier, j’espère lui faire honneur et que le projet va perdurer.”

     

    En quoi consiste le poste de préparateur technique au sein de Trésors de Tahiti ?

    “Mon travail touche principalement à tout ce qui a attrait à la préparation et à la maintenance technique du Diam Trésors de Tahiti. C’est-à-dire, le montage et démontage du trimaran, l’optimisation des systèmes de réglages du bateau selon les retours des navigants et dans le respect des règles de classe.

    Je suis également en charge de faire le lien avec le chantier ADH Inotec lorsque nous rencontrons de gros problèmes techniques. En effet, tout ce qui est casse mineure, Tanguy et moi avons la main.

    Par contre, pour les casses plus importantes, comme celle de notre flotteur, c’est le chantier qui reprend la main et nous faisons alors la liaison entre eux et l’équipe. Il y a une excellente entente parmi tous les préparateurs du Tour.

    Il y a beaucoup d’entraide matérielle entre nous. On se donne des coups de main, voire même on échange des informations avec certaines équipes pour lesquelles nous avons de l’affinité. Après les petites astuces des uns et des autres, c’est top secret.”

     

    À mi-parcours du Tour de France et avant le début des actes méditerranéens, quel regard portes-tu sur votre prestation ?

    “Nous avons eu un début de Tour de France à la Voile un peu difficile, principalement dû à un déficit d’entrainement. Le temps de prise en main du bateau, le temps de s’acclimater à l’eau froide, de se remettre dans le bain… bref un peu tout ça a joué en notre défaveur !

    Et puis nous nous sommes certainement mis un peu trop de pression. Nous avons voulu faire du résultat en oubliant nos mots d’ordre : se faire plaisir en navigant et refléter une bonne image. Psychologiquement, je pense que nos bons résultats lors du Spi Ouest France et du GP de Pornichet, nous ont éloignés de nos objectifs.

    Suite à l’accident de Roscoff, nous avons fait un bon débriefing tous ensemble et maintenant ça va mieux. L’ambiance est plus détendue à terre comme sur l’eau et les résultats reviennent.”

     

    Aujourd’hui, la compétition reprendra sur le plan d’eau de Roses en Espagne. Pour ce premier acte en Méditerranée, les conditions de navigation s’annoncent d’ores et déjà musclées. Motivés après leurs jolies performances de Baden, Teva Plichart, Petero Pennec et Dimitri Deruelle sont d’attaque pour le raid côtier.

     

    LDT

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete