Triathlon – Fédération tahitienne : Jean-Michel Monot, un président fédérateur

    mercredi 13 janvier 2016

    La Fédération tahitienne de triathlon (FTT) dispose depuis quelques semaines d’un nouveau président en la personne de Jean-Michel Monot, qui a succédé à Bernard Costa. Sportif confirmé et organisateur d’événements qui ont fait leur preuve, Jean-Michel Monot a répondu aux sollicitations de plusieurs clubs qui souhaitaient du changement au sein de la FTT et considéraient que le président du VSOP avait le profil pour insuffler une nouvelle dynamique au triathlon local.

    Quatre ans, c’est la durée du mandat dont disposera Jean-Michel Monot pour mettre en œuvre de nouvelles orientations. Le natif de Brest, et résident du fenua depuis une vingtaine d’années, ne s’est pas lancé dans l’aventure sans y avoir réfléchi, d’autant qu’il était déjà très pris professionnellement.
    Il s’en explique : “Deux mois avant l’élection du bureau fédéral, je n’avais pas du tout prévu d’être candidat. Mais plusieurs personnes m’ont contacté pour que je fasse acte de candidature. Le dynamisme du club VSOP que je préside et la réussite du X-Terra (anciennement Transtahitienne) qui sont organisés par le VSOP, ont convaincu les présidents de clubs que je pouvais être en mesure de donner un nouvel élan à la discipline. J’étais hésitant au départ car je réside sur Moorea et le poste que j’occupe à l’usine Jus de Fruits de Moorea m’impose de fortes responsabilités et me prend déjà beaucoup de temps. Mais ceux qui me soutenaient ont insisté et puis, surtout, je me suis entouré de personnes compétentes, complémentaires et capables de me suppléer au besoin. J’ai donc fini par accepter le challenge, d’autant que René Sabatier va me succéder au niveau de la présidence du VSOP. Nous avons donc mis une nouvelle équipe en place, mais nous avons également gardé certains membres de l’ancien bureau pour que les changements s’opèrent dans la sérénité.”

    “Les jeunes, notre priorité”

    Le changement ne concerne pas Éric Zorgnotti, le directeur technique de la Fédération tahitienne de triathlon, qui a toute la confiance de Jean-Michel Monot et de son équipe. Éric devrait, toutefois, être soulagé des nombreuses tâches administratives qu’il devait gérer et il va donc pouvoir être beaucoup plus présent sur le terrain, notamment au niveau des entraînements, dans le suivi des élites et dans la formation des jeunes.
    Concernant ces derniers, le sujet est particulièrement sensible pour le néo-président de la FTT : “Le développement de notre discipline auprès des
    jeunes est notre priorité. On constate que, à l’heure actuelle, la majorité de nos licenciés est âgée de plus de 35 ans et il faut absolument que l’on rajeunis-se nos rangs. Nous avons le projet de rentrer dans le milieu sco-
    laire. On a commencé à le faire et on va continuer en intensifiant nos actions. Pour exem-ple, on a pris contact avec la commune de Teva I Uta pour que des jeunes scolaires participent à l’aquathlon du X-Terra, et ce type d’expérience sera renouvelé sur d’autres épreu-ves. L’intérêt de ces opérations est que les jeunes découvrent le triathlon, mais cela peut aussi permettre de faire de la détec-tion plus spécifiquement en vélo, course à pied ou natation. Notre objectif, à long terme, c’est que l’on assure continuellement la relève de notre élite en vue des Jeux du Pacifique. Mais c’est aussi, pourquoi pas, le projet qu’un jeune Polyné-sien participe, un jour, aux JO puisque notre discipline est olympique.”

    “Deux événements internationaux en 2016”

    Au crédit de l’ancienne équipe, de l’avis même de Jean-Michel Monot, le nombre de triathlè-tes féminines qui représente 40 % des licenciés de la Fédé-ration tahitienne de triathlon. Le nouveau président s’en féli-cite car l’épreuve du relais mixte, créée relativement récemment, est appelée à fortement se développer, de bon augure pour la représentativité tahitienne aux prochains Jeux du Pacifique de 2019 où la discipline a de bonnes chances d’être intégrée.
    Mais sachant que le sport ta-hitien manque cruellement de moyens financiers, a-t-il des solutions pour que le triathlon local tende vers plus d’élitisme ? “J’ai la chance de travailler avec un groupe de personnes qui fonctionne bien et sur lequel je peux m’appuyer. Pour le X-Terra, nous avons su sensibiliser,
    avec notre petit club du VSOP, plusieurs partenaires qui ont été convaincus de l’intérêt de mettre sur pied une course
    internationale à Tahiti. En 2016, nous organiserons deux évé-nements internationaux à Tahiti, leX-Terra le 14 mai, avec la présence de champions du monde homme et femme et de Laurent Jalabert qui sera le parrain de l’épreuve, et une étape du circuit océanien, le 25 septembre. Nous avons déjà bien avancé dans nos recherches auprès de partenaires motivés. Pour faire évoluer le sport localement, et quelles que soient les disciplines, on ne peut plus compter uniquement sur les budgets institutionnels, il nous faut trouver d’autres sources de financement. On a tout ce qu’il faut à Tahiti au niveau infrastructures et décors pour organiser des épreuves attractives. Je suis donc assez confiant pour l’avenir de notre triathlon.”
    Battant, opiniâtre et compétent, ses parcours professionnels et sportifs en témoignent (il a évolué à un très bon niveau en football, rugby et bien évidemment en triathlon), Jean-Michel Monot a bien le profil pour mettre sa maxime préférée en application : “Rêvons trois fois plus grand” qui s’inspire de celle du prestigieux Paris SG “Rêvons plus grand”.

    Patrice Bastian

    A savoir

    Jean-Michel Monot est à l’origine de :
    – 1984 : fondateur du Club Avignon Triathlon
    – 1985 : organisateur du Triathlon d’Avignon
    – 1986 : organisateur des 24 heures de rugby aux Angles (30)
    – 2007 : fondateur du club VSOP (triathlon)
    – 2008 à 2014 : organisateur de l’Aquathlon de Moorea (natation + CAP)
    – 2007 à 2014 :  organisateur de la Transtahitienne (run & bike et triathlon)
    – 2015-2016 : organisateur du X-Terra Tahiti (triathlon) qualificatif pour les Championnats du monde

    Le comité directeur de la FTT

    • Le bureau fédéral
    – Président : Jean-Michel Monot
    – Vice-présidentes : Carole Baudry, Gladys Wong Foo
    – Trésorier : Denis Vardon
    – Secrétaire : Mahera Arakino, Sylvère Lamy

    • Le conseil fédéral
    Tous les membres du bureau fédéral plus Bernard Costa, Laurence Costa-Lacombe, Kari Lee Armour Lazzari, Serge Leprince, Adil Abounaidane, Jean-Marc Vermorel
    * Éric Zorgnotti est invité au conseil fédéral au titre de directeur technique de la FTT.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete