Triathlon – Les Tahitiens… pas si loin

    mardi 27 septembre 2016

    triathlon

    Retour sur la Tahiti Oceania Cup (Photo : Gérard Verdet/LDT)

     

    Le nouveau président de la Fédération tahitienne de triathlon nous disait souhaiter trois ou quatre moments forts dans la saison et bien il ne fait aucun doute que ce triathlon de l’élite internationale en fait partie.

     

    Et même si la participation est encore trop faible pour pouvoir tirer quelques bénéfices de cet événement, la satisfaction est à retirer sur d’autres domaines, comme par exemple un savoir-faire reconnu, un staff d’officiels désormais rôdé, mais aussi un niveau de notre élite locale qui n’a pas grand-chose à envier aux athlètes étrangers qui sont venus le week-end dernier. Viendra sans doute le temps où le triathlon Tahiti Oceania Cup attirera plus de monde venu de l’étranger, y compris pour gonfler les rangs de la course Open.

     

    Triathlon de la jeunesse

     

    Cette année encore, la dernière des cinq étapes du circuit océanien a surtout attiré de jeunes triathlètes en recherche de points et d’expérience pour leurs carrières qui s’amorcent. Car pour intégrer le circuit mondial, il faut effectivement passer par ces courses.

    Australiens et Néo-Zélandais (il y avait aussi une Japonaise) étaient donc au rendez-vous du parc Paofai qui avait, pour l’occasion, revêtu le décor imposé par les normes internationales. Moquette bleue, parc de transition aux normes et route fermée avaient donc été mis en place par un imposant staff de bénévoles.

    Dès 11 h 30, les masculins plongeaient dans la rade pour 750 m de natation alors que les féminines leur emboîtaient le pas, quelques minutes plus tard. Du côté des hommes, seul Cédric Wane était malheureusement lâché.

    Il lui devenait donc difficile d’espérer réaliser un exploit car, alors qu’il réalisait seul son parcours cycliste de 20 km, ses adversaires restaient groupés et se relayaient afin de garder un maximum de forces pour la partie course à pied.

     

    Victoire au finish

     

    Tout allait donc se jouer sur les 5 km de la course à pied puisque tout le monde était rentré en même temps au parc afin de réaliser la dernière transition. C’est donc dès les premiers efforts de cette ultime spécialité que les écarts étaient réalisés et qu’une hiérarchie s’établissait.

    Il faudra un ultime coup de collier lors du dernier tour au Néo-zélandais Fynn Thompson, pour se séparer de son dernier adversaire, son compatriote Kyle Smith, afin d’obtenir la victoire finale !

    Du côté des Tahitiens, Frédéric Tête, notre multiple champion du monde, se classait premier local et cinquième du classement scratch. Pas si loin de ses prédécesseurs puisqu’il finissait à moins d’une minute et trente secondes du vainqueur ! Benjamin Zorgnotti lui, n’avait malheureusement pas trouvé la ressource nécessaire pour tenir le rythme de la course à pied. Il finissait sixième, juste derrière Frédéric.

    Chez les dames, la hiérarchie s’établissait beaucoup plus vite, si bien que le duo de tête entamait la partie cycliste avec la quasi assurance d’occuper les deux premières places. Là encore c’est à l’entame de la course à pied que l’écart final se creusait, à l’avantage de l’Australienne Tamsyn Moana-Veale.

     

    Bourgeoisat/Lubin sur l’Open

     

    Les élites en ayant terminé, le circuit pouvait alors être investi par les triathlètes locaux qui se présentaient à une quarantaine. Là aussi, la course restait assez tactique avec notamment un trio de tête, constitué de trois sociétaires de Kona-Tri, qui roulaient ensemble.

    Thomas Lubin, Régis Morandeau et François Hermier se départageaient donc lors de la course à pied et fanchissaient la ligne d’arrivée dans cet ordre. En bouclant son parcours en 1 h 05’ 56’’, Thomas n’était pas loin, lui non plus, des chronos réalisés plus tôt par les champions.

    Chez les dames, le scénario était légèrement différent car Alice Bourgeoisat prenait assez vite la direction des opérations. C’était en quelque sorte un ‘‘one woman show’’ qui l’emmenait à sa victoire en 1 h 17’ 43’’, devant une des plus jeunes participantes, à savoir Mathilde Soulon qui elle-même s’imposait à Sophie Bouchonnet.

    Au terme de cette longue et chaude journée, le temps était venu de remettre les récompenses… et les ‘‘price-money’’ pour les coureurs de l’élite. À entendre les participants étrangers, il ne fait aucun doute qu’ils ont apprécié l’organisation et qu’ils seront les principaux acteurs pour vanter les mérites de la destination à leurs camarades du circuit !

    Mais la fédération locale a déjà pensé à la promotion de son événement pour le futur, notamment avec un film et de magnifiques prises de vue réalisées grâce à un drone. Il serait peut-être même question de jumeler cet événement à un autre rendez-vous sur Moorea, à une semaine d’intervalle… 

     

    Gérard Verdet

     

        Retrouvez dans notre édition du Mardi 27  septembre 2016 :   

    • Parole à : Frédéric Tête (5e en élite)  ///  Benjamin Zorgnotti (6e en élite)
    • Classements
    • Toutes les photos de l’événement

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete