Triathlon – Tous derrière Laure Manaudou

    mercredi 28 octobre 2015

    Quand elle a décidé de donner, elle donne. Laure Manaudou n’a pas hésité à se jeter à l’eau lorsque l’AS Tamarii Pu-naruu lui a proposé d’être la marraine de la quatrième édi-tion de l’Aquathlon Mana Suite Resort Tahiti, samedi 31 octobre, à l’hôtel du même nom au PK 11 à Punaauia. L’Association Pererau Here o te Tama, du service de Pédiatrie du Centre hospitalier de Taaone, est également associée à l’événement. Son président, Christophe Hontang, veut “améliorer le quotidien des enfants hospitalisés” et la venue au fenua de Laure Manaudou est une aubaine car “certes, on soigne un enfant avec des pansements, des piqûres, etc., mais on le soigne surtout en tant qu’enfant avec un “E” majuscule. Donc, un enfant qui a le droit de s’éveiller, de grandir, qui a le droit d’apprendre et de découvrir. Et ce n’est pas forcément ce que propose en premier un service hospitalier. Donc, via l’association, on essaie de dédramatiser cette hospitalisation et la venue de Laure Manaudou dans nos services va leur redonner de l’espoir.” Et la jeune maman d’une Manon de 5 ans sait plus que quiconque l’importance incommensurable de la tendresse maternelle qui lui a tant manqué étant petite (lire son interview). Pouvoir en offrir, à profusion, aux enfants malades de l’hôpital de Taaone qu’elle ira visiter, aujourd’hui, de 9 h 30 à 11 heures, lui procure une joie indescriptible. La championne est comblée ! La médaillée d’or des Jeux olympiques d’Athènes en 2004, qui a pris sa retraite sportive le 30 janvier 2013, a toujours gardé son âme de guerrière lorsqu’il s’agit de passer en mode compet’. Et elle s’apprête à replonger, samedi, face à l’élite du triathlon local emmenée, entre autres, par Frédéric Tête, quadruple champion du monde en aquathlon (2011, 2012, 2014 et 2015), qui aura l’honneur de se mesurer à “la Reine des bassins”, son surnom. Mais, cette fois-ci, elle sera moins à son aise dans les eaux salées du fenua, une première pour elle. La jeune maman, qui se dit “plus compréhensive”, offrira de son expérience du haut niveau à la centaine d’enfants toutes catégories confondues (Avenir 7-8-9 ans, Avenir 10-11 ans, Avenir 12-13 ans, Découverte et 14-18 ans) présents à l’hôtel Manava Suite Resort Tahiti… Mais surtout tout plein de tendresse.

    M.Tr.

    Programme
    – 13 h 00 : rendez-vous et ouverture des inscriptions
    – 14 h 00 : fin des inscriptions
    – 14 h 30 : départ de la course “Small” (1 000 m natation, 5 km course à pied)
    – 14 h 30 : départ de la course “Découverte” (300 m natation, 2,5 km course à pied)
    – 16 h 00 : départ de la course “Avenir” 7-8-9 ans (50 m natation, 500 m course à pied)
    – 16 h 30 : départ de la course “Avenir” 10-11 ans (100 m natation, 1 000 m course à pied)
    – 17 h 00 : départ de la course “Avenir” 12-13 ans (200 m natation, 1 500 m course à pied)
    – 17 h 30 : fin des courses
    – 17 h 45 : remise des récompenses.
    Les pré-inscriptions se font sur le site de la Fédération tahitienne de triathlon www.tahititriathlon.pf. Les inscriptions sur place seront possibles moyennant une majoration. Dans tous les cas, la fermeture des inscriptions est fixée le samedi 31 octobre à 14 heures.

    Interview

    “J’angoisse un petit peu avec les requins”

    Qu’est-ce qui vous a décidé à être la marraine de l’événement ?
    C’est Loïc (Delahaye) qui m’avait contactée, il y a un peu plus d’un an pour être la marraine de l’événement l’année dernière. Malheureusement, j’ai eu un accident de moto qui m’a valu une triple fracture du pied. Il y a trois mois, Loïc m’a à nouveau contactée et lorsque j’ai vu la destination Tahiti, forcément, je ne me suis pas trop posée de questions. On y va la tête baissée puisqu’on sait que l’on ne va pas être déçu et que l’on va être bien accueilli. Le fait qu’il y ait des enfants, ça me touche beaucoup aussi. Je suis très proche des enfants car ma maman en gardait lorsque j’étais plus petite. Et le fait de pouvoir aider les enfants malades, ça me permet de partager mon expérience et de montrer qu’on peut tout faire.

    Qu’elle est la différence entre la Manaudou compétitrice et la Manaudou maman ?
    Beaucoup plus de douceur. C’est vrai que les gens ont l’habitude de me voir assez fermée, pas très souriante, et c’est vrai que lorsque je suis, soit maman ou soit dans un lieu où il n’y a pas beaucoup de monde, je me sens plus à l’aise. Je ne me sens pas observée et c’est vrai que je m’ouvre beaucoup plus aux gens. C’est plus agréable pour moi et pour les autres aussi.

    Dans votre autobiographie, vous racontez votre manque de tendresse maternelle. Ce manque a-t-il eu un impact sur votre carrière ?
    C’est suite à ça que j’ai cherché l’amour des autres et à vouloir plaire ou faire plaisir aux autres. Même si je sais que mes parents étaient fiers de moi, c’est vrai qu’il n’y a jamais eu ce rapport très proche avec eux. Chercher l’amour de mes amis, maintenant de ma fille, de mon conjoint, de mes frères, tout ça, c’est quelque chose d’important parce que je n’ai pas eu la proximité avec mes parents, même s’ils étaient là tous les jours. Je suis complètement différente avec ma fille que l’étaient mes parents avec moi. Je ne veux pas lui faire vivre ce que j’ai vécu étant plus jeune.

    Comment devient-on une grande championne ?
    Avec un gros mental. C’est le plus important. Lorsque j’ai fait mon autobiographie, je me suis rendue compte que c’était grâce à une personne que j’étais arrivée au plus haut niveau : la fille de l’entraîneur. Elle s’entraînait avec moi lorsque j’étais plus jeune et était, soi-disant, toujours la meilleure, la plus forte. C’était elle qui allait réussir. Moi, j’étais dans un coin avec mon frère. On n’était pas aimé de tous les autres nageurs du club. Je pense que c’est pour ça que j’ai réussi. Quand on me dit que ce n’est pas possible, je fais tout pour prouver que ça l’est.

    C’est ce que vous aller faire partager aux enfants avec qui vous allez nager ce week-end ?
    C’est leur montrer que même lorsque l’on voit que ce n’est pas possible, finalement on se rend compte qu’il y a toujours un espoir quelque part. Il ne faut jamais être négatif.

    Lorsque vous avez pris votre retraite en 2013 (le 30 janvier), vous étiez en pleine gloire. Pourquoi avoir fait le choix de tout arrêter ?
    J’ai arrêté une première fois en 2008 même si je savais que j’allais reprendre la compétition. J’avais envie de penser à moi, d’avoir un enfant, de quitter la France. Donc, je me suis installée aux États-Unis. Et, après, j’ai voulu reprendre pour les Jeux olympiques 2008 pour être avec mon petit frère (Florent). Puis, fin 2012, j’avais envie de faire une compétition en France. Il s’est trouvé qu’il y avait les Championnats d’Europe en petit bassin à Chartres. À ce moment-là, je me suis dit qu’il fallait que je finisse là-dessus puisque six mois  plus tard il y avait les Championnats du monde à Barcelone et si jamais je terminais sixième ou sep-tième, j’allais le regretter toute ma vie d’avoir arrêter ma car-rière sur un résultat comme ça. J’ai donc décidé d’arrêter en France… Même si je n’étais pas très vieille.

    On aurait pourtant aimé encore vous voir nager.
    (Rires) Oui, je le sais bien. Il y a encore beaucoup de monde qui me le demande, mais…

    Nager en eau de mer. Ça va être une première pour vous ?
    Oui. Et j’angoisse un petit peu avec les courants et… les requins. Ils sont gentils apparemment (rires). Mais comme je ne suis pas habituée, le seul fait de les voir, ça va me faire paniquer. Je vais peut-être nager plus vite grâce à eux. En tout cas, ça m’angoisse un petit peu.

    À par les requins, que du bonheur finalement ?
    Je suis vraiment contente d’être là. De pouvoir profiter. De voir une culture différente aussi et de partager des moments comme ça grâce aux sponsors de l’événement qui me permettent de pouvoir profiter de l’île de Tahiti.

    ONO N°6 2015-10-28 22:50:00
    c'est vrai qu'a la piscine municipale de MELUN en bord de seine il y avait pas de requin cela ne l'avait pas empêchée de battre des records.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete