Tribunal correctionnel – Des délégués du personnel auraient ruiné la carrière de leurs patrons

    mercredi 16 mars 2016

    C’est un dossier peu banal qu’ont eu à traiter, mardi matin, les magistrats du tribunal correctionnel. Cinq employés d’un hôtel de Rangiroa étaient jugés, en leur absence, pour des faits présumés de “dénonciation calomnieuse” à l’égard de leur directeur général, mais aussi des ex-PDG et directeur financier de l’établissement, deux ressortissants japonais.
    Les faits remontent au mois d’août 2011, période à laquelle de nouveaux actionnaires, venus du pays du Soleil levant, ont pris possession des lieux. L’un des propriétaires est, par conséquent, venu séjourner dans l’hôtel de Rangiroa pour l’inspecter. Les salariés mis en cause lui ont alors glissé un mot sous sa porte, traduit en japonais.
    Dans cette lettre, ils mettaient en cause la probité de leur direction l’accusant d’avoir détourné de l’argent, mais aussi d’avoir allégrement utilisé à des fins privées le matériel de l’établissement. “Demandez-vous où est parti votre argent”, concluaient les auteurs de la missive.
    Gravement mise en cause, la direction avait décidé de porter plainte, donnant lieu à l’ouverture d’une enquête. Or, celle-ci a démontré que la totalité des accusations colportées par les salariés mis en cause s’avérait fausse.
    Hier, l’avocat des trois cadres est longuement revenu sur les conséquences de ce courrier quant à la carrière professionnelle de ses clients.

    “Déshonneur”

    “Dans la culture d’entreprise japonaise, la dénonciation calomnieuse, c’est quelque chose d’impensable. Et lorsque l’on dénonce quelqu’un, c’est que c’est vrai. Cela a valu au PDG, qui était là depuis dix ans, mais aussi au directeur financier, d’être rapatriés au Japon (…) C’est une fin de carrière déplorable. Dans le déshonneur. Aujourd’hui, le directeur financier se retrouve simple agent commercial”, a fulminé Me Didier Kintzler. Et tout cela, selon lui, parce que l’une des délégués du personnel “poursuit de sa vindicte en utilisant sa position” ladite direction qui souhaitait la licencier. “Depuis, ça ne s’arrête plus”, a-t-il ajouté.
    Le défenseur des salariés
    Me Brice Dumas a, lui, assuré que ses clients, dont la déléguée du personnel, ne souhaitaient, par ce courrier, qu’obtenir un entretien avec les nouveaux actionnaires : “Même si la méthode est condamnable, elle n’avait pas conscience de la fausseté des faits dénoncés”. “Nous sommes là, effectivement, dans un conflit très personnel, mais qui n’incombe pas uniquement à ma cliente — la représentante des salariés, NDLR — mais aussi à la direction de l’hôtel”, a estimé le conseil.
    Pour finir, celui-ci a considéré qu’il n’y avait aucun “lien de cause à effet” entre ledit courrier et le départ des deux ressortissants japonais de la direction, qui ont quitté le fenua plusieurs années après les faits.
    “L’hôtel veut se constituer un dossier contre ma cliente. S’il y a condamnation, sa représentativité sera atteinte. Ce n’est pas une question d’honneur pour la direction”, a-t-il conclu.
    D’honneur, il en est pourtant essentiellement question pour les plaignants qui n’ont réclamé qu’un franc symbolique de dommage et intérêts. “Ils ne demandent pas réparation car, de toute façon, c’est irréparable”, a soufflé leur avocat.
    Le procureur a requis la condamnation des prévenus à une peine d’amende. Le délibéré sera rendu le 3 mai.

    Compte rendu d’audience J.-B.C.

    MOOREA56 2016-03-17 21:32:00
    Complètement d'accord avec LEPETANT. Je dirai même mieux ,certains délégués reçoivent des primes pour assurer la paix Sociale,car la menace de préavis de grève est permanente et cela vient du système bien Français . Hiro Tefaarere connait bien cela..
    domi 2016-03-17 07:56:00
    Contrairement a ce que l on croit généralement un délegué peut etre licencié a condition que les faits soient graves et averés
    Exemple un detournement de fonds , insultes repetées, harcèlement......j'en passe et des meilleures
    Ici j ai la nette impression qu'il s'agit de règlement de compte pur et simple
    Quant la méthode employée elle est au minimum "dégueulasse"

    Bonne journée a toutes et tous
    LEPETANT 2016-03-16 12:24:00
    Des délégués du personnel impossibles à licencier. C'est l'un des aspects du mal français. Et nous, comme des cons, nous copions ce qu'il y a de pire dans le système français.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete