Habillage fond de site

Trois ans ferme pour avoir fauché un ado en vélo

mardi 4 juin 2019

L’homme de 41 ans a été condamné à trois ans de prison ferme et est parti en détention au terme de l’audience, hier. Photo : Yan Roy

L’homme de 41 ans a été condamné à trois ans de prison ferme et est parti en détention au terme de l’audience, hier. (Photo : Yan Roy)

“J e regrette profondément. Je demande pardon.” Hier, un homme, la quarantaine, a été condamné par le tribunal correctionnel à trois ans de prison ferme et un an avec sursis. Un mandat de dépôt a également été prononcé à son encontre. Et l’homme, arrivé libre sous contrôle judiciaire en début d’après-midi, est parti sous escorte vers la prison en fin de journée.

Le 11 mai, à Tautira, l’homme avait percuté un adolescent de 14 ans qui circulait à vélo sur la chaussée. Sous la violence du choc, l’enfant avait été projeté à 20 mètres de l’impact. Il était alors aux environs de 18 heures, mais la visibilité était encore bonne.

Deux jeunes sont ensemble, l’un à vélo, l’autre à pied. Ce dernier décide de traverser la route pour aller retrouver une amie. Son copain, à vélo, décide alors de faire de même. C’est à ce moment qu’il se rend compte qu’une voiture arrive en face. Au milieu de la voie, il décide de revenir du côté d’où il vient. Une autre voiture arrive vite, dans le même sens de circulation que lui. C’est la panique. Et le choc.

Le conducteur, qui a fini sa journée de travail depuis quelques heures, est en train de rentrer chez lui quand il percute l’enfant. Et il a bu. Un litre et demi de bière. En conduisant. Il le reconnaîtra lorsqu’il sera entendu par les forces de l’ordre. Comme il avouera aussi avoir consommé du paka.

Les tests pratiqués révéleront un taux d’alcoolémie de 1,26 g/L de sang puis de 2 g/L une heure plus tard. Le test de paka se révèle également positif.

L’ensemble des faits, le conducteur les a reconnus à nouveau, hier, à la barre du tribunal. Il a aussi précisé qu’il n’avait pas mangé depuis le casse-croûte du matin. Inconnu des services de police jusqu’alors, ce père de famille (trois enfants avec sa compagne), seule personne à travailler, a perdu son emploi, depuis l’accident.

Licencié. “J’ai de la peine pour lui car il a perdu son travail. Et je sais qu’il ressent de la souffrance car lui aussi a des enfants. Mais le mien ne reviendra pas”, déclare la maman adoptive de la victime, invitée à venir s’exprimer à la barre par le juge. “Je ne l’entendrai plus me dire “Maman, je t’aime”.”

Une prochaine audience, le 11 septembre, se tiendra pour déterminer le montant des indemnités que l’homme devra aux familles biologique et fa’a’amu du garçon de 14 ans qui a perdu la vie.

 

Y.R.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete